Notre-Dame-des-Landes: pourquoi Macron prendra forcément une mauvaise décision

Alexandre Boudet
Pourquoi Macron prendra forcément une mauvaise décision sur Notre-Dame-des-Landes.

ENVIRONNEMENT - C'était il y a tout juste dix mois. Sur France Inter, le candidat Macron prenait position sur le chantier de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes qu'aucun de ses prédécesseurs . "Le peuple s'est exprimé, je suis pour respecter cette décision", disait-il en référence au référendum organisé en juin 2016 en Loire-Atlantique. A une large majorité, les habitants se prononçaient pour la construction du nouvel équipement. On comprenait alors que s'il était élu, il le ferait construire.

Seulement depuis, ce n'est plus aussi simple. Tout juste arrivé à l'Elysée, le nouveau président de la République a mandaté trois experts pour remettre à plat toutes les hypothèses. Anne Boquet, Michel Badré et Gérald Feldzer remettent leurs conclusions ce mercredi à Édouard Philippe. Le chef de l'Etat s'est engagé ce mardi dans Le Monde à prendre une décision finale "avant la fin janvier".

"Dans les deux cas, la décision l'exposera à la critique"

Et il sait que la pression sera maximale. Partisans et opposants du nouvel aéroport le mettent déjà en garde. "Passer outre le référendum serait un déni de démocratie", a déclaré l'ancien premier ministre PS et ex-maire de Nantes Jean-Marc Ayrault. "S'il recule, ce serait la première reculade du président de la République. Ce serait grave", abonde Bruno Retailleau, ancien président LR de la région Pays-de-la-Loire. A l'opposé, Yannick Jadot, eurodéputé écolo du grand-ouest estime que "une solution est possible, c'est arrêter ce projet totalement dingue".

A ces déclarations s'ajoutent les mobilisations sur le terrain. C'est sans doute de ce coté-ci qu'Emmanuel Macron rencontrera les oppositions les plus franches à la décision qu'il prendra. Il est en effet acquis que peu importe le sens dans lequel il fera son choix, celui-ci rencontrera une hostilité dont il aura du mal à se défaire. "C'est une décision compliquée car dans les deux cas, elle l'exposera à la critique", convient Jean-Baptiste Djebbari, le chef de file La...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages