Notre-Dame-des-Landes : les opposants posent leurs conditions

Le gouvernement va mettre en place "dans un souci d'apaisement" une "commission du dialogue", après les vifs affrontements qui ont fait au moins sept blessés samedi à Notre-Dame-des-Landes et à Nantes, entre forces de l'ordre et manifestants anti-aéroport.

Le gouvernement va confier à la commission "le soin d'exposer" le projet contesté d'aéroport et d'"entendre toutes les parties prenantes", a annoncé Matignon en début de soirée samedi.

Mais un peu plus tard dans la nuit, l'Acipa, principale organisation d'opposants au projet d'aéroport, a affiché ses exigences: "Nous voulons le retrait total des forces de police du secteur de Notre-Dame-des-Landes, c'est la première condition pour qu'on puisse réfléchir à un dialogue avec le gouvernement", a déclaré Julien Durand, le porte-parole de l'association.

Week-end de répression

Le niveau de violence avait monté d'un cran samedi. Outre les opposants blessés, un CRS a perdu connaissance après avoir été touché par un pavé devant la préfecture à Nantes, selon le ministère de l'Intérieur. Sur le site de Notre-Dame-des-Landes, deux gendarmes et quatre opposants ont été blessés, tous légèrement, a indiqué la préfecture.

Sur le site de l'aéroport, les forces de l'ordre ont procédé à neuf interpellations. Sept personnes ont été relâchées et deux placées en garde à vue pour port d'arme, a-t-on précisé de même source.

Ces affrontements sont intervenus au deuxième jour d'une vaste opération d'expulsion lancée vendredi sur le site prévu pour accueillir le nouvel équipement qui doit remplacer l'actuel aéroport Nantes Atlantique en (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Notre-Dame-des-Landes : les opposants posent leurs conditions
Matignon relance le dialogue
Notre-Dame-des-Landes : "La répression à la sauce socialiste"
Ayrault : l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes "se fera"
VIDEO. Les évacuations à Notre-Dame-des-Landes en moins de 3 minutes
Notre-Dame-des-Landes : qui sont les évacués ?
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.