Notre-Dame-des-Landes : dix demandes de permis de construire déposées par des zadistes

LExpress.fr
Certaines demandes concernent notamment la reconstruction d'anciens corps de ferme, qui avaient été démolis lors d'une tentative d'évacuation manquée en 2012.

Une trentaine de zadistes ont déposé dix demandes de permis de construire à la mairie de Notre-Dame-des-Landes mercredi, rapporte l'agence Reuters. Il s'agit des premières dans l'histoire du mouvement. 

Certaines demandes concernent la reconstruction d'anciens corps de ferme qui avaient été démolis lors d'une tentative d'évacuation manquée en 2012. D'autres sont relatives à la construction de bâtiments dans le cadre des "projets agricoles" validés par l'État en 2018 à la suite de l'abandon du projet d'aéroport. 

"On essaie de rejoindre la légalité"

Environ une vingtaine d'autres dossiers devraient être déposés d'ici la fin du mois de janvier afin de régulariser d'autres bâtiments édifiés ces derniers mois. "On essaie de rejoindre la légalité, à travers notre légitimité... C'est un premier pas", commente auprès de Reuters un zadiste, sous couvert d'anonymat. 

LIRE AUSSI >> Notre-Dame-des-Landes : les zadistes ont réuni 350 000 euros pour racheter les terres 

Le plan local d'urbanisme intercommunal (PLUI) adopté le 18 décembre dernier a permis de déposer de telles demandes. Ce document établit notamment les secteurs constructibles, ainsi que leur affectation.  

L'objectif de telles demandes est aussi de permettre aux zadistes d'éviter les procès-verbaux qui pourraient être dressés par les services de l'État. En effet, la plupart des bâtiments ne sont normalement pas autorisés en zone agricole ou naturelle. 

Retrouver cet article sur L'Express.fr

Notre-Dame-des-Landes : dix demandes de permis de construire déposées par des zadistes

Aéroport de Nantes : l'Etat annonce un couvre-feu des vols et l'allongement de la piste

Notre-Dame-des-Landes : les zadistes ont réuni 350 000 euros pour racheter les terres

Notre-Dame-des-Landes : Vinci "dément formellement" des "discussions avec l'Etat"