Notre-Dame-des-Landes : "C'est la guerre ici"

Les forces de l'ordre ont lancé une vaste opération d'évacuation sur le site du projet d'aéroport Notre-Dame-des-Landes, vendredi 23 novembre. "C'est la guerre chez nous", témoigne une habitante du petit bourg de Loire-Atlantique, "c'est pire que sous Sarkozy".

Peu avant 7 heures, près de 500 gendarmes ont pénétré sur la ZAD, zone d'aménagement différé renommée zone à défendre par les opposants au projet qui occupent les lieux. La commune de Vigneux-de-Bretagne est bloquée. "Toutes les routes sont bloquées, on ne sait même pas comment on va pouvoir se rendre sur place", raconte l'habitante de Notre-Dame-des-Landes qui n'a, pour le moment, pas vu de gendarme au cœur du village où il pleut depuis le levé du jour.

30 minutes pour partir

Selon les informations de militants installés sur place, vers 6h30, les personnes qui dormaient sur le chantier des nouvelles cabanes construites lors de la mobilisation du week-end dernier ont été réveillées violement.

Les gendarmes se sont rendus au Rosier sur la commune de Vigneux-de-Bretagne vers 7h30 où ils ont donné 30 minutes aux occupants pour partir. Vers 8h30, la situation était plutôt calme, un délai ayant été négocié pour laisser le temps aux chauffeurs de la quinzaine de tracteurs qui entourent la maison du Rosier de venir sur place pour évacuer les engins.

Des agriculteurs arrivent en soutien

Dominique Guitton a passé la nuit au Rosier. Il raconte une arrivée violente des forces de l'ordre, portes et fenêtres de la maison fracturées. "Nous sommes entourés de CRS, ou de gardes mobiles, je ne sais pas trop, je ne suis pas spécialiste. Mais ils sont nombreux raconte l'agriculteur. Outre le Rosier, La Lande de Rohanne et la (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Notre-Dame-des-Landes : "C'est la guerre ici"
Notre-Dame-des-Landes : importante évacuation des squatteurs
Notre-Dame-des-Landes: "On a deux casquettes, une oui, une non"
Notre-Dame-des-Landes : le front éclectique des antis
"L'aéroport de Nantes existe déjà, il suffit de l'optimiser"
Ayrault : l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes "se fera"
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.