Notre-Dame : "La générosité n'est pas une niche fiscale", estime la Fondation de France

franceinfo
La directrice générale de la Fondation de France refuse de "polariser la discussion" sur le caractère désintéressé des dons pour la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

"800 millions d'euros de dons en 48h, nous n'avions jamais vu ça", a affirmé jeudi 18 avril sur franceinfo Axelle Davezac, directrice générale de la Fondation de France, l'un des quatre organismes officiellement habilités à récolter les dons pour la restauration de Notre-Dame de Paris (avec la Fondation du patrimoine, la Fondation Notre-Dame et le Centre des monuments nationaux).

La directrice générale de la Fondation de France appelle à ne pas "polariser la discussion" sur les promesses de dons des grandes entreprises comme Pinault, LVMH ou encore Total, via des fondations ou du mécénat. "Il y a des entreprises qui ne font pas de mécénat du tout", rappelle-t-elle. Certaines voix s'élèvent pour pointer le caractère sélectif de cet élan de générosité. "La générosité n'est pas une niche, estime Axelle Davezeac. Une niche fiscale, c'est quand vous remplacez un euro d'impôt par un euro dans un autre dispositif." Les dons permettent de bénéficier d'une réduction d'impôt égale à 66% du total des versements dans la limite de 20% du revenu imposable. "Ça coûte de l'argent de faire des dons !", souligne Axelle Davezac.

"Ne pas induire de hiérarchie des causes"

Des voix dénoncent une générosité sélective, face à l'afflux vertigineux des dons pour reconstruire Notre-Dame. Thierry Kuhn, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi