"Notre-Dame brûle" : comment Jean-Jacques Annaud prépare son prochain film

Rendez-vous donné à 8 heures tapantes sur un quai de Paris, direction Bourges. Ce mercredi, comme presque tous les jours ces derniers temps, Jean-Jacques Annaud part visiter une cathédrale gothique. Après Saint-Étienne de Sens, la première construite au XIIe siècle, il s'est aussi rendu à Saint-Denis, Amiens, Reims et Noyon. Il est en repérages pour son prochain film, dont le titre définitif vient tout juste d'être validé : Notre-Dame brûle. Son objectif? Raconter quasiment en temps réel l'incendie qui a ravagé l'édifice, détruisant sa flèche et sa toiture, le 15 avril 2019.

Un premier jet écrit pendant le confinement

Il se souvient de cette soirée funeste comme si c'était hier. "J'étais avec ma femme sur la côte vendéenne, dans la petite maison léguée par mes parents, confie-t-il à l'arrière du véhicule qui nous conduit vers Bourges. La télévision était en panne, on a réussi à trouver une vieille radio pour suivre minute par minute la catastrophe. Je me rappelle avoir lancé pour plaisanter : 'Je suis sûr que des crétins vont se battre pour faire le film'. Finalement, le crétin, c'est moi!"

Tout est parti, autour de Noël, d'un appel de Jérôme Seydoux, le patron de Pathé, qui lui demande s'il est "techniquement libre". Le cinéaste aux deux césars du meilleur réalisateur (pour La Guerre du feu et L'Ours) travaille alors sur un projet à Los Angeles ainsi que sur une minisérie consacrée à Alice Guy-Blaché, pionnière oubliée du cinéma au tournant des années 1900. "Jérôme m'a inv...


Lire la suite sur LeJDD