Sur le Dakar, le rêve et les galères de la Française Sara Jugla

·1 min de lecture

A 28 ans, la Française Sara Jugla vit son premier Dakar. Malgré une arrivée hors délais, elle continue la course avec l’envie de relever, jusqu’au bout, cet incroyable défi dont elle a tant rêvé.

Pour continuer à vivre son rêve jusqu’au bout, elle refuse de baisser les bras. A 28 ans, Sara Jugla fait preuve d’une détermination sans faille, alors qu’elle participe, en moto, à son tout premier Dakar. Organisée depuis plusieurs années en Arabie Saoudite, la course mythique donne pourtant du fil à retordre à cette passionnée qui est devenue cette année l’une de seize femmes à prendre le départ. Dès la première étape, la jeune femme qui dirige une entreprise familiale de vente de combustibles pour chauffage dans le Médoc, a connu son lot de galères : des chutes, une entorse au pouce, des dunes qui l’obligent à pousser sa moto de 170 kilos… «La première journée a été vraiment très difficile sur tous les points. Particulièrement techniquement où il m’aura fallu d'entrée aller puiser dans mes réserves physique et mentale pour en venir à bout», raconte-t-elle à Match.

Sara Jugla, sur les dunes saoudiennes.
Sara Jugla, sur les dunes saoudiennes.

Sara Jugla, sur les dunes saoudiennes. © A.S.O. V.Branca

Sur la ligne de départ, celle qui a débuté la moto à 5 ans, ne savait pas à quoi s’attendre. Double vice-championne de France sur sable, elle n’avait jamais, jusque-là, participé à un rallye-raid de 15 jours. «Je suis monté sur une moto très jeune sans savoir que cela m'amènerai à me retrouver des années plus tard, sur la course mythique et la plus dure au monde... le Dakar»,(...)


Lire la suite sur Paris Match