Dakar 2022 : faut-il poursuivre l'épreuve après l'explosion survenue avant le départ ?

·1 min de lecture

Alors que Sébastien Loeb a remporté lundi la deuxième étape de la course du Dakar  en Arabie Saoudite, c'est un autre pilote français qui retient l'attention. Philippe Bourlon a été gravement blessé avant le départ dans ce qui ressemble à un attentat. Et pourtant, l'épreuve continue, ce qui ne va pas redorer son image, estime l'éditorialiste Virginie Phulpin dans Europe Matin mardi.

Le parquet antiterroriste ouvre une enquête

Des incidents graves, il y en a eu souvent dans l’histoire du Dakar. Le rallye auto-moto n’est pas un exercice sans risque. Mais on parle ici d’une suspicion d’attentat, ce qui n’est pas exactement la même chose qu’un accident. Le pilote Philippe Boutron a été grièvement blessé aux jambes lors de l’explosion du véhicule dans lequel il se trouvait avec cinq autres personnes avant le départ, dans la ville de Djeddah. Il a été opéré à plusieurs reprises, et aujourd’hui il est de retour en France, à l’hôpital militaire de Clamart.

Une enquête est en cours, de la part de la direction de la course et de la part des autorités saoudiennes. Mardi soir, le parquet antiterroriste français a également ouvert une enquête pour tentative d'assassinats terroriste. Tous les témoignages recueillis montrent bien qu’on soupçonne un attentat. Il y a de forts soupçons, avec un engin explosif placé sous le châssis du 4X4. Et pourtant, le rallye suit son cours comme si de rien n’était. Une situation qui interpelle.

La France et les Français peuvent être des cibles en Arabie Sao...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles