Daesh ne parvient plus à payer ses combattants

AFP

Daesh est en net recul en Irak. Les forces kurdes ont libéré Fallouja et une dizaine de villages autour de Mossoul la semaine dernière. L'Etat islamique perd également du terrain avec les bombardements incéssants de la communauté internationale. Cette perte de terrain a des conséquences sur les finances du groupe terroriste.

Daesh peine aujourd'hui à payer ses combattants et multiplient les impôts auprès des populations locales, selon le Trésor américain. “Quand nous recevons des indications que l'Etat islamique ne peut pas payer les salaires de ses propres combattants et tente de compenser par d'autres sources de revenus, nous savons que nous les frappons là où ça fait mal”, a expliqué jeudi Daniel Glaser, secrétaire adjoint en charge de la lutte contre le financement du terrorisme.

Une stratégie qui paye

Les bombardements menés depuis août 2014 sous supervision américaine “perturbent” la production des champs de pétrole dont le groupe djihadiste s'est emparé en Irak et dont il a tiré “500 millions de dollars” (plus de 480 millions d'euros) en 2015, soit la moitié de ses revenus totaux, d'après Daniel Glaser. “Même si c'est difficile à quantifier, les frappes ont sans aucun doute limité la capacité de l'EI à produire et vendre du pétrole et à en retirer des bénéfices comme par le passé", a-t-il ajouté.

De récentes frappes aériennes ont également touché des réserves de caches d'argent liquide. Des actions ciblées qui ont privé Daesh de plus de 100 millions de dollars (plus de 88 millions d'euros) de ressources.

L'extorsion

Face aux difficultés financières grandissantes, l'Etat islamique a décidé de taxer les populations locales en mettant en place des impôts. Tout est bon pour extorquer de l'argent. Ainsi, une amende de 100 dollars (plus de 88 euros) est infligée à toute personne résidant sur les territoires contrôlés par Daesh qui quitterait son domicile sans fermer sa porte. Des tests sur les enseignements de la Charia sont également menés de manière aléatoire. Ceux ou celles qui ne donnent pas la bonne réponse doivent s'acquitter de 20 dollars (plus de 17 euros).

Les hommes doivent également soigner leur apparence : 25 dollars (plus de 20 euros) si le manteau est trop desserré, 30 dollars (plus de 25 euros) en cas d’absence de chaussettes. Quant à la barbe, si elle est mal taillée, elle peut coûter 50 dollars (plus de 45 euros).