Pas d'accord en vue entre le Bénin et le Niger sur la réouverture de leur frontière

La frontière entre le Bénin et le Niger reste fermée. Plusieurs déclarations des dirigeants des deux pays ne laissent pas entrevoir pour le moment un règlement de leur différend autour de la fermeture de leur frontière et de l'exploitation d'un pipeline qui doit permettre d'exporter du pétrole nigérien.

Dans une interview à la télévision nationale, le président béninois, Patrice Talon, a regretté, le 30 mai, que son émissaire à Niamey n'ait pas été reçu par le président du Niger Abdourahamane Tiani. Mais le lendemain, à l'occasion d'une conférence de presse diffusée sur la télévision nigérienne, c'était au tour du Premier ministre nigérien Ali Lamine Zeine de répondre au président béninois. La question du maintien de la fermeture de la frontière et les problématiques d'exportation du pétrole sont au cœur de cette tension. Le pipeline qui doit permettre d'exporter, via le Bénin, le pétrole brut extrait du gisement d’Agadem, a officiellement été mis en service début mars. Cependant, le premier chargement de pétrole au port de Sèmè-Kpodki n'a eu lieu que le 19 mai dernier. Les difficultés d'exportation persistent donc.


Lire la suite sur RFI