D’où vient l’expression "rire jaune" ?

·1 min de lecture

D’où vient l’expression "rire jaune" ? On peine au premier abord à déceler le lien entre l’émotion joyeuse et la couleur. En réalité, "rire jaune" tient ses origines du 18e siècle. Et n’a pas été inventée pour qualifier une situation très enviable, comme l’a expliqué lundi Stéphane Bern dans Historiquement Vôtre.

>> Retrouvez toutes les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern tous les jours de 16h à 18h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

"Rire jaune comme farine"

Si on peut comprendre l’origine de l’expression "avoir une peur bleue", "rire jaune" parait en revanche plus mystérieux. Et pourtant, c’est le même principe. A l’origine de l’expression : Saint Simon qui, au 18e siècle, évoquait les hépatiques, c’est-à-dire ceux qui souffrent du foie. En raison des désagréments de leur maladie, ces derniers tentaient de faire bonne figure alors qu’ils étaient plutôt pales. Ils riaient alors de façon forcée, avec leur teint cireux, donc ils riaient jaune.

Un peu plus tôt en 1640, le linguiste Antoine Oudin, interprète à la cour de Louis XIII, répertorie une expression "rire jaune comme farine". C’est de l’argot qui désigne un rire dissimulateur, farine voulant dire "vicieux". Pour parler des escrocs, on parlait de "gens de même farine". Si le jaune est doré, il peut, pour le Roi-Soleil par exemple, symboliser la richesse, la puissance. Mais s'il est mat, il devient le symbole de la trahison, de l’enfer, du soufre. D’ailleurs, le safran a longtemps eu la réputa...


Lire la suite sur Europe1