D’où viennent les marchés de Noël ?

© Pascal Vila/VSD/Sipa

Les Marchés de Noël, permettant d’acheter des décorations pour le sapin, la table, de petites babioles festives, des cadeaux artisanaux, débutent en ce moment dans de nombreuses villes. Le plus ancien de ces marchés, et l’un des plus connus en France, est celui de Strasbourg, qui a ouvert ces cabanons en bois ce vendredi 25 novembre. Créé en 1570, il fut instauré pour remplacer la foire de la Saint-Nicolas, qui se tenait début décembre, un marché traditionnel remontant à plusieurs siècles !

Retrouvez ici  toutes nos antisèches

Dans la tradition rhénane, Saint-Nicolas, patron des écoliers, apportait de petits présents aux enfants ; c’est lui qui a donné le nom de Santa Claus, le père Noël aux États-Unis.

Mais en 1532, la ville de Strasbourg a adhéré au luthéranisme. Et le culte des saints catholiques n’était plus vu d’un très bon œil. En 1570, un pasteur protestant convainquit même le conseil de la ville d’interdire le marché de la Saint-Nicolas. Les commerçants, mécontents, obtinrent de monter une autre foire, décalée vers Noël, et appelée, pour ne pas froisser les autorités religieuses, « Foire de l’enfant Jésus », ou « Christkindelsmärik ». Le marché de Noël était né.

À écouter également : 


Retrouvez cet article sur LeJDD