Plus d’un jeune sur deux pourrait accepter un travail qui paye mal s’il a du sens

Machu, Lise
95% des étudiants jugent important (40%), voire prioritaire (55%) que leur travail ait du sens. / Shutterstock/fizkes

La quête du sens est désormais un critère très important pour les jeunes en recherche d’un emploi : 95% d’entre eux la jugent importante, voire prioritaire.

Comment la génération Z perçoit-elle le travail? Un sondage d’OpinionWay pour le salon des entrepreneurs s’est intéressé à cette question. Et la quête de sens semble désormais être un enjeu décisif pour les étudiants. 95% d’entre eux jugent important (40%), voire prioritaire (55%) que leur travail ait du sens. D’ailleurs, selon cette même enquête, une majorité des jeunes se dit prête à accepter un travail qui paye mal mais qui a du sens (57%).

La vision du sens au travail

Après le critère du sens, les étudiants rêvent à 43% d’une rémunération élevée et à 41% d’un bon équilibre vie professionnelle-vie personnelle. L’intérêt des missions et les possibilités de voyager sont aussi des points importants pour choisir leur premier emploi.

Si le sens d’un travail dépend des aspirations de chacun, plusieurs grandes tendances reviennent dans cette étude. Pour 49% des étudiants, le sens correspond avant tout à leur épanouissement personnel. Apprendre de nouvelles choses et relever des défis sont également importants pour les jeunes répondants. 43% d’entre eux considèrent le sens au travail comme un service rendu à la société avec, loin devant la lutte contre la pauvreté, l’importance de la transmission et de l’accès au savoir. La préservation de la planète et de l’environnement tient aussi à cœur aux étudiants.

Une quête freinée par le contexte actuel

Cette quête de sens est cependant freinée par le contexte actuel, marqué par un taux de chômage élevé. L’enjeu majeur pour les jeunes est de trouver un emploi stable. Ainsi 88% des étudiants disent être prêts à mettre leurs principes de côté afin d’obtenir le job de leur rêve.

Ce contraste entre la volonté de s’épanouir personnellement et d’être utile à la société surgit aussi dans les types d’entreprises (...)

Lire la suite sur Figaro.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :