Plus d’1 Français sur 2 pour la dépénalisation du cannabis, une première depuis les années 70

·1 min de lecture

51% (contre 43% il y a quatre ans) des Français se disent "plutôt favorables" à la dépénalisation du cannabis, soit une majorité, pour la première fois depuis les années 1970.

Le cannabis est de plus en plus plébiscité dans l'Hexagone. Une majorité de Français (51%) est "plutôt favorable" à sa dépénalisation, selon un sondage Ifop pour CBD-grams.com. Une première depuis les années 1970 ! Il étaient 43% en 2017, 32% en 1997 et 27% en 1977, précise l'Ifop. Dans le détail, 47% des non consommateurs sont en faveur de la dépénalisation. Par ailleurs, 40% des Français qui envisagent de voter Marine Le Pen à l'élection présidentielle de 2022 le sont également, soit 19 points de plus que ceux qui comptaient mettre un bulletin Jean-Marie Le Pen dans l'urne en 2002.

Egalement 47% des Français interrogés sont favorables à la légalisation, soit une autorisation de la consommation et de la production dans un cadre établi par la loi selon les termes de l'Ifop. Une étude de l'Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT) menée en décembre 2018 montrait déjà une inflexion des Français sur le sujet, qui se déclaraient favorables à 45% à la légalisation. Celle-ci a été recommandée à l'été 2019 par le Conseil d'analyse économique, instance de réflexion placée sous l'autorité du Premier ministre et, début mai, par une mission parlementaire coordonnée par la députée LREM Caroline Janvier. Le but annoncé est de contrer les trafics et être plus efficace en terme de santé publique.

>> A lire aussi - Une entreprise cherche un testeur de cannabis à plein temps

Une proposition de loi transpartisane visant à légaliser le cannabis a par ailleurs été présentée le 25 mai (...)

                            (...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Covid-19 : Emmanuel Macron n'est pas favorable à la vaccination obligatoire "à ce stade"
Covid-19 : les livraisons de vaccins à l’arrêt en Afrique, l’OMS tire le signal d’alarme
En Bretagne, le gagnant du loto ne s'est toujours pas fait connaître
Une cheffe d'entreprise met un contrat sur la tête d'un syndicaliste
Jean Castex veut un rapprochement entre la Tunisie et “son ami français”

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles