Des dîners clandestins avec des ministres ? C'était de "l'humour" selon l'accusateur

·1 min de lecture

Le procureur de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête le 4 avril après la diffusion d'un reportage de M6 montrant des soirées privées en pleine pandémie. L'un des organisateurs interrogés indiquait avoir dîné avec des ministres dans des restaurants clandestins. Avant de se rétracter et d'assure qu'il s'agissait d'"humour".

Les dîners de la discorde. Depuis vendredi 2 avril, la diffusion d'un reportage de M6 sur des soirées privées en pleine période Covid agite les réseaux sociaux, forçant même les membres du gouvernement invités des plateaux TV à réagir. En cause : une séquence où, anonymement, l'un des organisateurs assure avoir dîné dans des restaurants clandestins avec des ministres. Alors que le procureur de Paris a annoncé dimanche 4 avril l'ouverture d'une enquête sur ces soirées, l'accusateur a fait volte-face sur ses déclarations impliquant des ministres, plaidant "l'humour".Les séquences du reportage diffusé vendredi 2 avril par M6 ont de quoi indigner en pleine flambée épidémique. L'une, en caméra cachée présente "un restaurant clandestin situé dans les beaux quartiers" où clients et participants délaissent masques et gestes barrières. Une autre montre une soirée privée et ses dizaines de convives, eux aussi sans masques, certains allant même jusqu'à se faire la bise.Caviar, champagne, menus de grands chefs et retrait du masque obligatoire...Nos journalistes ont pu pénétrer dans ces fêtes clandestines de haut standing qui se tiennent actuellement à...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République