Dîners clandestins : Michel Sarran sollicité pour cuisiner dans "des lieux prestigieux"

·2 min de lecture

En pleine polémique sur des repas clandestins parisiens malgré les restrictions sanitaires, Michel Sarran a déclaré lundi à «C à vous» qu'il avait lui-même été approché pour cuisiner lors de dîners privés. Il s'y est «toujours refusé». 

Après Philippe Etchebest, c'est au tour de Michel Sarran de donner son avis sur les dîners clandestins hauts de gamme organisés malgré la pandémie de covid-19. Invité à s'exprimer sur le sujet dans «C à vous» lundi, le chef étoilé toulousain trouve «lamentable et scandaleux» l'ouverture de restaurants clandestins. «Ça discrédite une profession par rapport aux Français dans une période qui est assez compliquée pour nous. Je trouve que ce n'est pas respectueux par rapport à tous les restaurateurs qui font des efforts colossaux (...) Je trouve que ce n'est pas respectueux non plus par rapport au gouvernement qui est là, qui nous soutient. C'est difficile, c'est faire fi aussi de la crise sanitaire qui est là. Se vanter de ne pas mettre de masque quand on voit comment on s'est battu pour les protocoles sanitaires [dans les restaurants] et qu'aujourd'hui nous sommes toujours fermés...C'est dur de ne pas pouvoir faire son métier», a-t-il ajouté.

"J'aimerais qu'ils se rendent compte du mal qu'ils font à notre profession"

Face à Anne-Elisabeth Lemoine, le juré de «Top Chef» a expliqué qu'il avait été lui-même sollicité pour cuisiner lors de «repas privés» depuis le début de la crise sanitaire. «J'ai toujours refusé», a-t-il affirmé, précisant qu'on lui avait proposé de réaliser un repas pour «16 personnes». «Je n'ai pas voulu. Ce n'était pas dans le cadre d'un restaurant mais dans des lieux prestigieux et je m'y suis complètement opposé», a-t-il complété. «Je ne comprends pas que des personnes puissent aller dans ces restaurants», a-t-il poursuivi, soulignant qu'il n'était «pas d'accord de voir que des repas se passent dans des instances, dans des ministères» alors que les restaurants sont actuellement fermés depuis 6(...)


Lire la suite sur Paris Match