Dîners clandestins : le douteux « poisson d’avril » de Pierre-Jean Chalençon

Par Marc Fourny
·1 min de lecture
Pierre Jean-Chalençon à son domicile parisien, le palais Vivienne.  
Pierre Jean-Chalençon à son domicile parisien, le palais Vivienne.

Depuis quatre jours, il est dans la tourmente. Pour avoir laissé entendre qu'il avait croisé des ministres dans des dîners clandestins, le collectionneur Pierre-Jean Chalençon tente comme il peut d'éteindre l'incendie qu'il a provoqué en pleine pandémie. « C'était un énorme poisson d'avril qui a marché, je ne pensais pas qu'il marcherait à ce point-là, a-t-il affirmé mardi sur BFMTV, en démentant formellement organiser des dîners privés à son domicile du palais Vivienne. C'est le plus gros poisson d'avril de ces 10, 15, 20 dernières années, estime-t-il. Si les gens n'ont pas d'humour, ils n'ont rien compris du tout? »

Quant aux images des salons privés au décor Empire avec invités et tables dressées diffusées sur M6, il s'agirait tout simplement d'une répétition, une soirée test pour faire des photos publicitaires, en vue d'organiser des réceptions une fois que les mesures de confinement seront levées. « Quand on fait des photos, on fait la même chose que s'il y avait une vraie soirée, mais il n'y avait absolument rien à manger dans 80 % des assiettes », a soutenu l'ancien expert de l'émission Affaire conclue. « Je n'organise pas de dîners ni de soirées. Je n'organise rien du tout au palais Vivienne ou ailleurs. »

Napoléon

Une version qui s'ajoute aux autres : dans le fameux reportage diffusé ce week-end, Pierre-Jean Chalençon, la voix masquée, se justifiait en lançant : « On est encore en démocratie, on fait ce qu'on veut ! » Dès lundi, le collectionneur pré [...] Lire la suite