Dîners clandestins : Christophe Leroy nie avoir reçu des ministres dans son club privé

·1 min de lecture

Une réception au Palais Vivienne de Pierre-Jean Chalençon, des repas au domicile du chef Christophe Leroy… Le 2 avril dernier, M6 a révélé l’existence de déjeuners et de soirées organisées plus ou moins discrètement malgré la crise sanitaire. Un scandale qui a pris une ampleur phénoménale car, comme l’assure M6, un ministre aurait participé à des agapes de ce genre. Une enquête pour travail dissimulé et mise en danger d’autrui a été ouverte par le parquet de Paris et ce mercredi 7 avril, le domicile de Christophe Leroy a été perquisitionné. Jusqu’ici silencieux, le chef s’est enfin exprimé par l’intermédiaire de son avocat, Me Thierry Fradet. Dans un communiqué publié ce 8 avril, il assure que son client a pris lui-même contact avec les autorités pour « indiquer qu'il se tenait à leur disposition » et que la perquisition avait été une simple « visite domiciliaire ». L’avocat précise que Christophe Leroy a remis, à cette occasion, « un certain nombre de documents » aux enquêteurs afin de prouver qu’il n’avait rien fait d’illégal.

« Les prestations qu’il a effectuées l’ont été, comme la loi l’autorise, dans des domiciles privés et non pas dans des établissements recevant du public de type restaurant », a tenu à préciser l’avocat de Christophe Leroy. Une information que personne n’avait remise en question, puisqu’il a été indiqué dès le début de l’affaire que le chef recevait ses clients chez lui ou au Palais Vivienne, deux lieux privés. Dans son communiqué, Me Thierry Fradet n’évoque (...)

Lire la suite sur le site de Voici

PHOTO Moundir fait une belle déclaration à sa femme Inès pour son 36ème anniversaire
Vianney : qui est son célèbre petit frère, Edouard Bureau ?
PHOTO Dîners clandestins : Eric Dupond-Moretti photographié devant le Palais Vivienne ? Un cliché sème le doute
Affaire des dîners clandestins : Quels événements ont eu lieu chez Pierre-Jean Chalençon et Christophe Leroy ?
Dîners clandestins : le mystérieux « fournisseur » de Pierre-Jean Chalençon et Christophe Leroy se défend