Dîners clandestins : Christophe Leroy est clair, "Je n'ai servi aucun membre du gouvernement"

·1 min de lecture

Le chef est dans de beaux draps ! Christophe Leroy, qui travaille dans les cuisines de l'établissement de Pierre-Jean Chalençon, a avoué à nos confrères de BFMTV, ce dimanche 11 avril, avoir organisé une soirée le 1er avril dernier, au palais Vivienne. Une soirée à laquelle des membres du gouvernement auraient participé. Si le parquet de Paris a informé qu'aucun élément n'indiquait qu'il y avait des ministres ou du cabinet ministériel, le chef Christophe Leroy confirme les faits. "Je n’ai jamais servi des membres du gouvernement depuis les mois passés. Jamais, jamais, jamais [...] Il n'y a eu aucun membre du gouvernement, pas plus que ministre, secrétaire d'État ou autre", affirme le cuisinier. Il donne également plus de détails sur sa garde à vue. "L'audition a été longue. On est arrivés à 10 heures, on est repartis vers 18h30-19h, on a été très respectés, très bien traités", affirme Christophe Leroy.

Mais les confidences ne s'arrêtent pas là ! Christophe Leroy, qui se décrit comme étant l'organisateur de cette soirée, raconte comme tout s'est déroulé. "Moi, quand j'invite quelqu'un, je ne peux pas ne pas lui offrir un verre, et après, on avait dressé toutes les tables très joliment pour montrer le palais Vivienne en situation", explique-t-il. Il dit toutefois que "cet événement a été mal perçu" et qu'il "n'y a pas beaucoup de fautes" dans cette soirée. Des mots, qui ont toutefois du mal à passer pour Jean Terlon, vice-président de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (...)

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTOS – Sophie de Wessex évoque les derniers instants du prince Philip : "C'était si paisible"
Mort du prince Philip : "Si Harry arrive avec une attitude guerrière, le 'divorce' sera scellé"
Dîners clandestins : Stéphane Bern casse Pierre-Jean Chalençon et «sa soif de reconnaissance»
VIDÉO - "Ça ne me fait pas râler" : Laurent Ruquier très clair sur les dîners clandestins
Mort du prince Philip : "il méritait de souffrir plus"... Les mots durs d'une journaliste