« Le développement est devenu un enjeu d’influence », affirme Jean-Yves Le Drian

Héléna Berkaoui
·2 min de lecture
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

« Le développement est devenu un enjeu d’influence », affirme Jean-Yves Le Drian

« Il n’y a plus de hard, ni de soft power, il n’y a plus que des instruments d’influence et donc de puissance, et le développement est devenu un enjeu d’influence », a exposé le ministre des Affaires étrangères devant les sénateurs, ce mercredi 7 avril. Jean-Yves Le Drian présentait le projet de loi de programmation relatif au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales, déjà adopté à l’Assemblée nationale, devant la commission des Affaires étrangères du Sénat.

« Notre aide publique au développement a dépassé les 10 milliards d’euros par an, en 2021 nous allons être à près de 13 milliards. C’est un changement de braquet de notre politique de développement », a indiqué le ministre soulignant la croissance constante de ce budget depuis le début du mandat.

Lors de cette audition, les sénateurs se sont particulièrement montrés attentifs au pilotage des aides publiques au développement. « 87 % de notre aide programmable ne bénéficie pas à nos pays prioritaires, or sur ce point, le projet de loi ne comporte pas d’objectifs nouveaux », a notamment soulevé le sénateur LR du Loiret, Hugues Saury. Ce dernier a aussi regretté les effets pervers des prêts de l’Agence française de développement : « Plus on prête, plus on attend un retour et plus on s’intéresse à des pays qui ont la capacité de rembourser. Dès lors, l’agence ne doit-elle pas changer de modèle ? », a interrogé Hugues Saury.

Sur ce point, Jean-Yves Le Drian a précisé que « les dons représentaient au départ (en 2017) 4 % de l’activité de l’AFD et que maintenant cela représente 13 % ». Pour ce qui concerne le pilotage de l’aide publique, le ministre a souligné que « sur ce qui est pilotable ou programmable dans les dépenses, les critères ne dépendent pas de nous, ce sont des normes OCDE ». Anecdote surprenante : Jean-Yves affirme que la Chine est, selon ces (...) Lire la suite sur Public Sénat

Sécurité globale : le Sénat vote définitivement le texte, la gauche dénonce ses dérives « liberticides »

Bruno Le Maire : « Attaquer autant que vous faites le transport aérien en demandant de le soutenir, ne manque pas d’air ! »

Ecole à la maison : « Ce qui n’a pas marché, ce sont les tuyaux ! », se défend Jean-Michel Blanquer

Démarrage de l’EPR de Flamanville en 2022 : « il n’y a plus de marge » prévient le président de l’Autorité de sûreté nucléaire

En cas de rachat du groupe M6 : Nicolas de Tavernost assure que « M6 et W9 ne disparaîtront pas »