Un détenu pakistanais de Guantanamo expose ses oeuvres libératrices

Ahmed Rabbani lors d'un entretien avec l'AFP, le 2 mai 2023 à Karachi.
Ahmed Rabbani lors d'un entretien avec l'AFP, le 2 mai 2023 à Karachi.

De la terre, du café moulu et même du curcuma provenant de la cantine : pendant ses presque 20 ans d'incarcération à Guantanamo sans jamais avoir été jugé, le Pakistanais Ahmed Rabbani, récemment libéré, a utilisé tout ce qu'il trouvait pour s'évader grâce à l'art.

"Grâce à la peinture, je me sentais en dehors de Guantanamo", explique l'homme de 53 ans, à la grande barbe poivre et sel, à l'occasion de la présentation de plus d'une vingtaine de ses œuvres dans la ville portuaire de Karachi, au sud du Pakistan.

"La peinture était tout pour moi là-bas", ajoute-t-il lors de cette exposition baptisée "The Unforgotten Moon : Liberating Art from Guantanamo Bay" (L'inoubliable lune: l'art libérateur à Guantanamo).

En septembre 2002, Ahmed Rabbani était arrêté par les autorités pakistanaises et remis à la CIA contre une prime de 5.000 dollars.

Il a été "vendu" comme un militant notoire connu sous le nom de Hassan Ghul, mais il a toujours affirmé qu'il s'agissait d'une erreur d'identité. Il a également été accusé d'avoir recruté son frère aîné, Muhammed, pour les milieux extrémistes.

Il est transféré à Guantanamo en septembre 2004. Lui et son frère n'ont jamais été inculpés, ni jugés, au cours de leurs années de détention, et n'ont été libérés qu'en février 2023.

"Les États-Unis avaient payé cher et ne voulaient pas se faire avoir", écrit Clive Stafford Smith, l'avocat de Rabbani, dans le catalogue de l'exposition.

- Chauffeur de taxi -

"Ce que ni lui ni moi ne savions, jusqu'à ce que le Sénat américain publie son rapport sur les détentions en 2014, c'est que Ghul avait été capturé et emmené dans la même prison, avant d'être relâché au Pakistan pour avoir +coopéré+", explique-t-il.

"Alors que Ghul a repris ses activités terroristes et a été tué lors d'une attaque de drone en 2012, Ahmed a écopé d'un aller simple pour Guantanamo Bay".

Né à La Mecque, en Arabie saoudite, où travaillaient ses parents, Ahmed Rabbani est arrivé à Karachi à l'adolescence et était chauffeur de taxi lorsqu'il a été arrêté.

Parlant couramment l'arabe, il s'était spécialisé dans le transport de la clientèle du Moyen-Orient, ce qui a contribué à son identification erronée.

La peinture est devenue l'obsession Ahmed Rabbani durant sa captivité, même si les années passées en prison et de nombreuses grèves de la faim l'ont souvent rendu trop faible pour tenir un pinceau.

Quand son état le permettait, en cas de pénurie de matériel Ahmed Rabbani improvisait avec ce qui se trouvait autour de lui.

"Je trouvais un morceau de vêtement jeté ou déchiré et je le transformais en toile", explique-t-il. "Parfois, je puisais dans le café, parfois dans le curcuma" pour fabriquer de la peinture.

- Oeuvres confisquées -

"Il a perdu une grande partie de sa vie. Produire des images d'une telle qualité relève du miracle... C'est remarquable", souligne Natasha Malik, conservatrice et commissaire de l'exposition.

Aux côtés de la vingtaine de tableaux qu'il a été autorisé à emporter à sa sortie de prison, sont présentés ceux d'artistes locaux chargés de "réimaginer" les peintures qui lui ont été confisquées.

"Exposés aux côtés des œuvres non censurées d'Ahmed, ces artistes accentuent sa protestation et son expression créative en recréant le travail que le public n'était pas censé voir", analyse la commissaire.

Dépeignant ses espoirs et son désespoir, ses œuvres sont étonnamment abouties pour quelqu'un qui n'a étudié l'art que superficiellement à l'école.

Certaines œuvres expriment ses espoirs de liberté : la nature qui se devine à travers des ouvertures étroites, des oiseaux qui volent et des océans sans fin. Un autre tableau montre une cage contenant des poissons orange vif, la couleur des combinaisons que les prisonniers de Guantanamo sont contraints de porter.

"J'ai passé de nombreuses années en orange", relate l'artiste qui dit n'avoir "jamais accepté leurs lois" et préfère se tourner vers l'avenir.

Sourire aux lèvres et yeux brillants il évoque ses projets, parmi lesquels la publication d'un livre de cuisine dans lequel il évoquera ses mémoires. Ahmed Rabbani souhaite également, grâce à l'argent récolté par la vente de ses œuvres d'art, ouvrir un restaurant basé sur des recettes apprises en prison.

ak/fox/est/mlb/thm