Un détenu meurt après avoir incendié son matelas à Grasse

·2 min de lecture

Un autre détenu a absorbé dans la nuit de samedi à dimanche des médicaments et se trouve en réanimation à l'hôpital, sous la surveillance de trois fonctionnaires de police mobilisés, a aussi indiqué cette source, qui précise qu'il avait déjà été hospitalisé récemment après avoir avalé des lames de rasoir.

Un détenu est décédé samedi à la prison de Grasse (Alpes-Maritimes) après avoir, selon les premières constatations des surveillants, mis volontairement le feu à son matelas et inhalé des fumées, a-t-on appris dimanche de source policière. Un autre détenu a absorbé dans la nuit de samedi à dimanche des médicaments et se trouve en réanimation à l'hôpital, sous la surveillance de trois fonctionnaires de police mobilisés, a aussi indiqué cette source, qui précise qu'il avait déjà été hospitalisé récemment après avoir avalé des lames de rasoir.

Le détenu décédé, âgé de 38 ans selon Nice-Matin qui a révélé l'information, a d'abord été pris en charge par le personnel pénitentiaire. Équipés de tenues spéciales comportant des équipements respiratoires, des surveillants ont pratiqué les premiers massages cardiaques avant l'arrivée des secours, qui n'ont pu que constater le décès de cet homme.

"

Instable psychologiquement

"

Selon une source syndicale, ce détenu, incarcéré seul dans une cellule et présenté comme "instable psychologiquement", avait déjà par le passé mis le feu à son matelas, sans que l'on puisse dire s'il s'agissait d'une volonté de se suicider ou d'attirer l'attention sur sa situation.

La victime venait d'être condamnée, en appel, pour l'agression d'une surveillante, ce qui avait rallongé sa peine. L'enquête ouverte par le parquet de Grasse pour recherche des causes de la mort a été confiée au commissariat de police de Grasse, une autopsie étant prévue dans les prochains jours. La maison d'arrêt de Grasse héberge des prévenus et des personnes détenues pour de courtes peines.


Retrouvez cet article sur Paris Match