Détention de Carlos Ghosn jugée arbitraire : qu'est-ce que la Déclaration universelle des droits de l'Homme?

·1 min de lecture

Le Japon est pointé du doigt pour des "privations de liberté" à l'encontre de Carlos Ghosn. Selon un groupe d'experts de l'ONU, dépendants du Conseil des droits de l'Homme, la détention de l'ex-patron de Renault-Nissan, qualifiée "d'arbitraire", viole plusieurs articles de la Déclaration universelle des droits de l'Homme. Mais qu'est-ce que ce texte? La DUDH a été adoptée le 10 décembre 1948 à Paris, au palais de Chaillot, par l'Assemblée générale des Nations Unies. Sans valeur juridique contraignante, cette Déclaration est "un idéal à atteindre" pour les pays membres.

Lire aussi - Comment Carlos Ghosn a organisé sa nouvelle vie au Liban

Liberté, égalité, droits à la propriété...

Les trente articles du texte, traduit en plus de 500 langues, consacrent la liberté, l'égalité des citoyens sans distinction de races, de genre, le droit à la libre circulation, à l'éducation ou encore à la propriété. L'esclavage, la torture ou encore la détention arbitraire sont dénoncés.

Retrouvez toutes les antisèches du Journal de Demain ici

Le Groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire estime que la détention de l'homme d'affaires franco-libanais viole les articles 9, 10 et 11 de la DUDH qui proclament la présomption d'innocence, le droit à un jugement équitable et qui condamnent les arrestations et détentions arbitraires.

Plusieurs textes de droit international ont permis de renforcer la DUDH en reprenant son contenu, tels que le Pacte des droits civils et politiques et le Pacte des dr...


Lire la suite sur LeJDD