Un détecteur de matière noire aurait-il découvert des particules d'énergie noire ?

·2 min de lecture

Le modèle cosmologique standard est remarquablement couronné de succès car on peut en déduire bien des observations concernant les galaxies, les grandes structures qui le composent, les caractéristiques de la plus vieille lumière de l’Univers ainsi que celles de la matière fossile laissée par le Big Bang et sa nucléosynthèse primordiale. Toutefois, il suppose que l’essentiel de la masse contenue dans un grand volume partout dans le cosmos observable est constitué d’abord de ce que nous appelons l’énergie noire à environ 70 % et à environ 5 % seulement de protons et de neutrons, le reste semble être sous la forme de particules très peu sensibles aux forces électromagnétiques et qui se comportent donc comme de la matière dite noire.

Cette dernière ne peut être composée des particules de matière que nous connaissons dans les laboratoires terrestres.

Mais comme elle devrait représenter environ 25 % de la densité de masse dans le cosmos, nous devrions être traversés par ces particules de matière noire de sorte qu’en s’enfonçant profondément sous terre pour échapper au bruit de fond du rayonnement classique constitué de particules bien connues, des détecteurs spécifiquement conçus pourraient peut-être détecter ces particules de matière noire que l’on imagine très pénétrantes, justement parce qu’elles sont très peu sensibles non seulement aux forces électromagnétiques mais aussi aux forces nucléaires.


Une présentation de la chasse aux particules de matière noire avec l'expérience Xenon 1T. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l'écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © LDC Audiovisivi

Un excès de collisions de particules avec les atomes de xénon

L'un de ces détecteurs s'appelle Xenon 1T et il et se trouve au laboratoire souterrain du Gran Sasso, en Italie....

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles