Détecter les explosions nucléaires illégales pour retrouver le vol MH370

Un chercheur suggère d'utiliser le réseau de surveillance hydroacoustique des essais nucléaires pour localiser ce Boeing disparu en 2014.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir n°929/930, daté juillet/août 2024.

Un mathématicien de l'université de Cardiff (Royaume-Uni) montre, dans la revue Nature, que le réseau de surveillance hydroacoustique des essais nucléaires pourrait permettre de savoir où un avion se serait écrasé en mer.

Localiser enfin le MH370 disparu en 2014

Typiquement, le MH370 de la Malaysia Airlines, disparu en mars 2014 lors de son vol entre Kuala Lumpur (Malaisie) et Pékin (Chine), et dont l'épave n'a jamais été localisée.

Lire aussiSur la trace du vol MH370, une amélioration accidentelle de la cartographie des fonds marins

Repérer les ondes pouvant correspondre à une explosion nucléaire illégale

Créée en 1997, l'Organisation du traité d'interdiction complète des essais nucléaires dispose en effet de 11 stations hydroacoustiques servant à repérer les ondes subaquatiques pouvant correspondre à une explosion nucléaire illégale. Le chercheur a récupéré 100 heures de données susceptibles de contenir des indications sur dix accidents aériens dont le site est connu.

Lire aussiOppenheimer, le physicien éclipsé par la bombe atomique

Il est parvenu à calculer la position des avions par rapport aux sondes. Avec les données adéquates, il pense être en mesure de faire de même pour le MH370.

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr