Des détails d'une étoile « spaghettifiée » observés pour la première fois

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

La plupart des étoiles connaissent une fin des plus naturelles. Mais celles qui évoluent dans les régions internes de leur galaxie peuvent voir leur vie écourtée. Lorsqu’elles s’approchent trop près d’un trou noir supermassif, en effet, elles risquent d’être littéralement déchiquetées. Pour finir en forme de spaghetti. Sous l’effet d’une gravité extrême qui tire plus fort d’un côté que de l’autre. Les astronomes parlent de tidal disruption event (TDE), comprenez « événement de rupture par effet de marée ».

Une fois transformée en spaghetti, l’étoile continue de tomber sur le trou noir, émettant une rafale de rayonnements électromagnétiques. Des rafales que les astronomes observent depuis plusieurs décennies. Et aujourd’hui, pour la première fois, des scientifiques de l’Institut pour la recherche spatiale des Pays-Bas ont, en plus, observé des détails de l’une de ces étoiles « spaghettifiées ».

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Des raies d'absorption trahissent l'étoile

Ils se sont intéressés à un trou noir supermassif — de quelque 5 x 106 masses solaires — visible depuis notre Terre presque par l’un de ses pôles. Les chercheurs le savent grâce aux rayons X émis par son disque d’accrétion.

Mais aussi, car ils ont pu enregistrer des raies d’absorption étroites et non élargies par l’effet Doppler comme elles le seraient si le trou noir était vu de côté. Et ce sont justement ces raies d’absorption qui les intéressent. Elles trahissent en effet la présence d’un objet physique qui non seulement émet, mais aussi bloque la lumière. Ces raies d’absorption suggèrent qu’un long brin — un long spaghetti — de matière issu d’une étoile fraîchement déchirée s’est enroulé plusieurs fois tout autour du trou noir.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura