Il est désormais possible de suivre les satellites de la NASA à la trace !

·2 min de lecture
« Les graphiques sont aussi riches que les données, ce qui permet de faire des plongées fascinantes dans la science, de mieux connaître la planète », se félicite l'agence spatiale sur son site internet.

La célèbre agence spatiale américaine a mis en ligne un site permettant de suivre la trajectoire de ses satellites en temps réel, relate « Numerama ».

La NASA a lancé un Google Earth d'un genre particulier : son site Eyes on Earth offre à l'internaute une représentation de la Terre en 3D, ainsi que la trajectoire en temps réel des satellites de l'agence spatiale américaine, qui fusent à une vitesse impressionnante au-dessus de nos têtes.

Autre intérêt majeur du site : découvrir en un clic la mission des différents objets spatiaux, comme l'expliquent nos confrères de Numerama, samedi 20 novembre 2021. Les curieux pourront par exemple découvrir que Suomi NPP, lancé en orbite il y a dix ans et 24 jours, est un satellite météorologique qui scrute, entre autres, les changements atmosphériques, l'évolution des océans et la couverture nuageuse.

« Plongée fascinante dans la science »

Eyes on Earth ne se contente pas de recenser les embouteillages spatiaux. Niveau des océans, température de l'air, concentration en monoxyde de carbone... Le site dévoile les précieuses informations sur l'état de notre planète, glanées par les nombreux satellites de la NASA. « Les graphiques sont aussi riches que les données, ce qui permet de faire des plongées fascinantes dans la science, de mieux connaître la planète », se félicite l'agence spatiale sur son site internet. Avis aux astronomes en herbe !

VIDÉO - Un essai de missile anti-satellite russe met en danger l'équipage de l'ISS

À LIRE AUSSI Espace - Un télescope révolutionnaire

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles