Désinformation sur le climat : les géants pétroliers sous le feu d'élus démocrates américains

·2 min de lecture

"Certains d'entre nous vont devoir vivre dans le monde auquel vous êtes en train de mettre le feu", a asséné la populaire élue de New York, Alexandria Ocasio-Cortez, aux géants pétroliers.

Les géants pétroliers se sont retrouvés sur la sellette le 28 octobre 2021 à Washington face à des parlementaires démocrates les accusant d'avoir longtemps cherché à cacher les effets de leurs activités sur le climat et s'interrogeant sur la sincérité de leurs efforts pour réduire les émissions.

"Pas de réponse facile"

"Certains d'entre nous vont devoir vivre dans le monde auquel vous êtes en train de mettre le feu", a ainsi asséné la populaire élue de New York, Alexandria Ocasio-Cortez. "On n'a pas le privilège ou le luxe de s'en tenir à la com' des lobbyistes." Les patrons d'ExxonMobil et de Chevron ainsi que les représentants aux Etats-Unis de Shell et de BP ont, pendant six heures, défendu leurs positions. Les déclarations publiques de leurs dirigeants ont évolué au fur et à mesure des avancées scientifiques sur le sujet, ont-ils asséné. Et ils ont accéléré ces dernières années les investissements dans les énergies alternatives.

Mais ils n'ont pas non plus voulu s'engager à couper les ponts avec la puissante fédération du secteur API, qui s'active pour contrer certaines mesures environnementales. Ou, dans le cas d'ExxonMobil et Chevron, à réduire leur production de pétrole et gaz. "ExxonMobil reconnaît depuis longtemps que le changement climatique est réel et pose de sérieux risques, mais il n'y a pas de réponse facile", a déclaré Darren Woods, le patron d'ExxonMobil. "La réalité indéniable est que le pétrole et le gaz restent nécessaires pour répondre aux besoins énergétiques", a avancé de son côté Michael Wirth, à la tête de Chevron.

Ces réponses n'ont pas semblé satisfaire les représentants démocrates, qui ont comparé cette audition à celle de grands patrons de l'industrie du tabac dans les années 1990 qui à l'époque avaient refusé de reconnaître que la nicotine était addictive. Certes les géants pétroliers reconnaissent "enfin" la réalité du changement climatique et l'urgence à agir, a souligné la présidente de la commission à l'origine de l'audition, Caro[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles