Déserts médicaux : quelles sont les pistes pour pallier le manque de médecins ?

Médecins généralistes, gynécologues, ophtalmos, pédiatres … L'ampleur de la désertification médicale a affolé l'opinion publique mardi dernier suite à la publication d'une étude réalisée par UFC-Que Choisir. On y apprend notamment qu'un quart des femmes et un quart des enfants sont dans un désert médical, gynécologique ou pédiatrique. L'accès à un médecin généraliste est aussi très compliqué, et ce pour plus de 15 millions de Français, dit l'association. Pour mener cette étude, L'UFC-Que Choisir a croisé deux critères : l'éloignement géographique des médecins, accessibles à moins de 45 minutes de route, et les tarifs pratiqués.

>> LIRE AUSSI - EUROPE 1 ET VOUS - En Mayenne, des médecins retraités à la rescousse du désert médical

Un indicateur d'accessibilité

"Et comme ça, on a pu calculer pour toutes les communes de France un indicateur d'accessibilité, c'est-à-dire combien il y a de médecins présents dans la zone par rapport au nombre de patients potentiels présents. Et ça nous a permis de classer toutes les communes de France en fonction de leur accessibilité aux consultations", complète Maria Roubtsova, chargée de mission santé à l'association UFC-Que Choisir et interrogée au micro d'Europe 1. Le résultat, très préoccupant, a permis de pointer du doigt les paramètres responsables de ces déserts et comment y remédier.

La liberté d'installation des libéraux en question

Et en tête de liste se retrouve la raison pointée du doigt depuis des années : la mauvaise répartiti...


Lire la suite sur Europe1