Déserts médicaux: internes et étudiants en médecine de retour dans la rue

"Blouse blanche, colère noire": internes et étudiants en médecine ont manifesté jeudi contre la quatrième année d'internat pour les futurs généralistes, une réforme qui va aggraver le manque d'attractivité de la profession sans réduire les déserts médicaux, selon ses opposants.

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dans l'après-midi à Paris devant le Panthéon, avant de prendre la direction du ministère de la Santé, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les manifestants ont défilé dans une forêt de pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Adieu mes rêves" ou encore "Etudiants mal formés, patients mal soignés".

"Futurs médecins, pas des larbins", entendait-on dans les rangs de la manifestation organisée à Nantes, qui a rassemblé 300 personnes selon la police. Un autre cortège a eu lieu à Lyon, rassemblant 700 manifestants selon la préfecture, derrière une longue banderole "Blouse blanche, colère noire".

Réunis à l'appel d'une vaste intersyndicale, les manifestants protestaient contre l'ajout d'une quatrième année d'internat en médecine générale, qui doit être effectuée "en priorité dans des zones où la démographie médicale est sous-dense", selon le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS).

Avec cette 4e année d'internat, et donc "cette 10e année d'études médicales, près d'un étudiant sur deux remet le choix de la médecine générale en question", estime Yaël Thomas, président de l'Anemf (étudiants en médecine), citant les chiffres d'une récente enquête.

"La réforme introduit le doublement des stages ambulatoires sans doublement des maîtres de stage", qui sont aujourd'hui 12.000, déplore pour sa part Raphaël Presneau, président de l'Isnar-IMG (internes en médecine générale). Autrement dit, "des internes vont se retrouver seuls dans leurs locaux, supervisés par des médecins qui pourront se trouver à 20 km d'eux".

"Ce sera une année de plus payée au statut étudiant, qui plus est non-encadrée. C'est dangereux pour les médecins et pour les patients", fulmine dans le cortège parisien Camille Fuilla, 23 ans, stéthoscope autour du cou, en 5e année d'études à Bordeaux.

- "Marre de colmater les brèches" -

A Nantes, Carolane Seiller, future généraliste de 27 ans, brandit une pancarte "Un médecin mort ne soigne pas !" pour dénoncer les risques psychosociaux pesant sur sa corporation. "On commence tous à en avoir un petit peu marre de colmater les brèches du système alors qu'on n'a jamais été responsables de ces brèches-là", relève-t-elle.

Les concernés prennent déjà leur part de l'effort, assure Valentine Silva, 24 ans, interne en troisième semestre de médecine générale: "Dans ma promo, on est 140 médecins généralistes en formation: les deux tiers, même plus, ont pour projet de s'installer dans la campagne ou dans des déserts médicaux. Dans nos stages on va partout, on est sensibilisés à ça".

Pour préparer la relève avec les futurs médecins, "il ne faut pas qu'on les envoie au casse-pipe au fond d'un désert médical et qu'ils soient dégoûtés", déclare dans la manifestation lyonnaise le Dr Michel Tille, de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) du Rhône. Lui plaide pour des maisons médicales "bien placées, dans des villes avec au moins un collège", où les jeunes médecins pourront trouver du soutien auprès de collègues.

Contre une quatrième année "qui risque d'accroître l'anxiété des étudiants", les représentants de la profession jugent plus utile d'accompagner l'installation par des aides au transport et au logement.

"Nous sommes 90.000 généralistes: nous ne sommes pas assez, et nous ne le serons pas avant un certain temps", fait valoir Elise Fraih, président de ReAGJIR, qui regroupe les jeunes installés et remplaçants.

Devant la fronde, le ministre de la Santé, François Braun, a lâché du lest en annonçant un amendement au PLFSS pour permettre que certains stages se fassent à l'hôpital, et pas seulement en ville.

"Une avancée", concèdent les syndicats, qui la jugent toutefois "largement insuffisante". D'autant que l'amendement gouvernemental n'a pas été retenu dans la version du budget de la Sécu votée par le Sénat, et devra être de nouveau présenté en deuxième lecture à l'Assemblée.

Le gouvernement devrait user de l'article 49.3 de la Constitution devant les députés en début de semaine prochaine sur ce texte.

bfa-faa-mla/fmp/sp