Déserts médicaux : la France a mal à sa santé

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Un monde en docs - Claude Evin sur les déserts médicaux : "une situation qui, dans certains territoires, devient catastrophique"

Ces dernières années, près de 2,5 millions de Français vivaient dans un désert médical, soit un territoire où les médecins manquent cruellement. Cette carence en médecins généralistes entrave l’accès aux soins, droit pourtant fondamental dont doivent jouir les citoyens français. Le fait est qu’une fois partis à la retraite, les médecins de certains territoires ne sont pas remplacés. Mais comment inciter les jeunes générations de praticiens à s’installer dans ces zones « sous-médicalisées » comme en territoire rural où le coût de l’installation est pourtant moins élevé ? Nathalie Nieson, maire de Bourg-de-Péage dans la Drôme, propose de restreindre le nombre d’installations dans les endroits qui comptent déjà suffisamment de médecins. Faut-il alors revenir à l’idée soulevée par Hervé Maurey en 2013 dans un rapport sénatorial qui prévoyait de ne plus conventionner les médecins en zone « saturée » en personnels de santé pour que les jeunes générations aillent en zones déficitaires ? Faut-il augmenter le numerus clausus qui restreint le nombre d’étudiants en deuxième année ? Pour Claude Evin, ancien ministre de la Santé et ancien directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) d’Île-de-France, « ce n’est pas parce que nous formerons plus de médecins qu’ils s’installeront pour autant ». Ce dernier préconise la réorganisation de l’exercice aussi bien sur le plan personnel que professionnel. En effet, il faut que le médecin dispose d’un environnement de qualité avec l’accès à des services fondamentaux comme la scolarisation de ses enfants et qu’il soit suffisamment entouré par ses confrères pour appréhender des situations de plus en plus complexes.

Les jeunes médecins jettent la blouse ?

Claude Evin précise qu’aujourd’hui « les patients sont plus lourds à domicile parce que les maladies sont davantage chroniques (diabète, cancer, maladie cardio-vasculaire etc.).

Lire la suite sur Public Sénat

« Sans union, la candidature de Jean-Luc Mélenchon est une candidature de témoignage », déclare Patrick Kanner

Nouvelle-Calédonie : les enjeux du dernier référendum d’autodétermination

Affaire du Mediator : quel statut pour les lanceurs d’alerte ?

Les Afghanes « n’ont pas le droit à la protection internationale », déplore la chercheuse Nassim Majidi

StopCovid : vers une nouvelle audition de Cédric O devant la commission d’enquête du Sénat ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles