Désertification. Faute d’élèves, les écoles du Portugal se reconvertissent dans le tourisme rural

·1 min de lecture

En une décennie, le pays a perdu plus de 400 000 élèves, annonce le Jornal i. Aussi, parmi les 3 550 écoles qui ont fermé durant cette période, beaucoup ont été réaménagées pour “faire vivre les villages” et attirer les touristes.

Les preuves de la saignée démographique qui afflige la province portugaise ne manquaient déjà pas, et c’en est une nouvelle que le Jornal i apporte ce 8 septembre. “Les écoles ont perdu plus de 400 000 élèves en dix ans”, apprend-on en manchette du quotidien. Pour être exact, 419 000 élèves sur le 1,6 million que compte le pays actuellement.

Une baisse qui procède directement de celle de la natalité. Le record du plus petit nombre de naissances datant de 2014 – un peu plus de 80 000 –, “la génération d’élèves qui peuple actuellement les écoles primaires du pays est la plus petite de l’histoire récente du pays”, précise le journal. Et cette situation devrait aller en s’empirant puisque tout indique que le plus faible record de naissances sera battu cette année.

À lire aussi: Société. Comment une décennie de tourisme a changé le Portugal

Autre corollaire de cette tendance démographique, mais aussi de l’exode rural, 3 451 écoles ont fermé leurs portes en dix ans au Portugal, fautes d’élèves. La dernière en date, celle du village de Ventosa, près de Viseu, ne comptait que deux inscrits en cette rentrée… Parfois, la fermeture est temporaire, et les écoles rouvrent, à la faveur d’une démographie locale erratique.

Réaménagées en restaurants ou en gîtes

Mais une tendance de fond s’observe depuis quelques années : de nombreuses écoles sont définitivement transformées pour “refaire vivre les

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles