«Désastreux» et «choquant»: Ian Brossat fustige le partenariat entre Airbnb et le Louvre

figaro.fr, Le
/ GERARD JULIEN/AFP

Dans une lettre envoyée au ministre de la Culture Franck Riester, le porte-parole du Parti communiste et adjoint d’Anne Hidalgo s’agace de «l’utilisation répétée du patrimoine public à des fins commerciales par un géant du numérique».

Pour lui, le Louvre n’est pas à vendre. L’adjoint communiste à la mairie de Paris Ian Brossat s’indigne du partenariat entre la plateforme de réservation de logement Airbnb et le plus grand musée du monde. Avec «une nuit au musée du Louvre», le géant américain proposait déjà à l’un de ses clients de dormir à l’intérieur de la pyramide du Louvre. Elle lance maintenant une visite en petit comité le mardi, jour de fermeture du musée.

» LIRE AUSSI - Envie de dormir au Louvre? Écrivez à Mona Lisa 

Pour s’y opposer, Ian Brossat a envoyé un courrier au ministre de la Culture Franck Riester et à tous les députés de Paris mardi 10 septembre.

Dans cette lettre révélée par RTL, il dénonce «l’utilisation répétée du patrimoine public à des fins commerciales par un géant du numérique». Pour lui, cette décision est désastreuse «parce que les Parisiennes et les Parisiens sont chaque jour plus nombreux à alerter des conséquences néfastes d’Airbnb sur le marché immobilier de notre ville et de ses effets en matière de nuisances quotidiennes».


De côté de la mairie, on affirme que «la République En Marche va devoir clarifier sa position. D’un côté, le mouvement prétend vouloir réguler la multinationale. De l’autre, il autorise de tels partenariats financiers», rapporte RTL. Pour l’instant, le ministère de la Culture n’a pas répondu à cette invective.

» VOIR AUSSI - Comment Airbnb concurrence les hôtels français

Comment Airbnb concurrence les hôtels français - Regarder sur Figaro Live



Retrouvez cet article sur Figaro.fr

Victime de son succès, le Louvre affiche complet et refuse les visiteurs sans réservation 
Cinéma Paradiso projeté au Louvre 
Envie de dormir au Louvre? Écrivez à Mona Lisa 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro