Désactiver ce gène réduit le plaisir de manger et accroît l'envie de faire du sport

Julien Hernandez, Rédacteur scientifique
·2 min de lecture

L'obésité est une maladie complexe dont la survenue est causée par de nombreux facteurs : génétiques, hormonaux, environnementaux, parcours de vie, etc. Par conséquent, dans cette conception, une seule et unique stratégie ne peut venir à bout de cette pathologie. Néanmoins, on peut imaginer plusieurs traitements combinés, certains ciblant la génétique comme c'est le cas dans cette étude, d'autres la psychologie, comme le font déjà les nudges ou encore en ciblant l'environnement alimentaire structurel de nos villes. 

Dans cette étude, conduite par des chercheurs du Maryland affiliés au National Health Institute, la désactivation d'un gène bien précis a permis de modifier drastiquement le comportement alimentaire et physique des rongeurs. En effet, chez les souris dont le gène avait été désactivé, on pouvait constater une diminution de l'attrait et de la consommation d'aliments appétissants et gratifiants (dans le sens où ils stimulent particulièrement notre circuit de la récompense), et une augmentation de la « volonté » à faire de l'exercice. Pourrait-on envisager un tel traitement chez l'être humain ? 

Sous l'influence de notre cerveau

L'habenula est une structure cérébrale faisant partie de l'épithalamus qui désigne la portion dorsale du diencéphale formée de l'épiphyse, de l'habenula et de la strie médullaire. C'est une région dont les fonctions sont encore mal connues. Mais le circuit neuronal habénulaire intéresse de plus en plus les scientifiques pour ses implications potentielles dans les addictions, la dépression, la motivation et le processus de récompense.

Ce circuit est sous l'influence de l'action d'un gène en particulier : Prkar2a. Des expériences antérieures ont déjà démontré qu'alerter le circuit neuronal habénulaire permettait à des souris de ne pas devenir obèses alors même qu'elles étaient soumises à une alimentation favorisant sa consommation. Dans cette nouvelle expérience, l'altération de ce circuit diminue l'attirance des souris pour les...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura