Dérives sectaires : pourquoi il faut redonner des moyens à la Miviludes

·1 min de lecture

Redonner des moyens à la hauteur de l'enjeu. Dans un communiqué, une dizaine d'associations alertent sur la diminution constante des moyens financiers et humains alloués à la Miviludes, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires. Une diminution d'autant plus inquiétante que la pandémie de Covid-19 est propice à ces dérives, avec 40% de signalements en plus par rapport à il y a cinq ans.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Sept fonctionnaires au lieu d'une quinzaine

Roland Biache, secrétaire général de la Ligue des droits de l'Homme, met en avant le contexte actuel pour expliquer ces dérives sectaires. "Ce genre de situation voit des personnes qui sont tout simplement des gourous, développer des activités, essayer de capter des gens fragiles", précise-t-il au micro d'Europe 1.

Le secrétaire général regrette que la Mission n'ait plus les mêmes moyens qu'avant. "Du temps où elle était sous l'égide du Premier ministre, la Miviludes avait son propre budget et le détachement d'une quinzaine de fonctionnaires. Depuis qu'elle est rattachée au CIPDR, le service de lutte contre la radicalisation, elle ne bénéficie plus que de sept fonctionnaires détachés", indique Roland Biache.

500.000 adeptes en France, selon la Miviludes

"Toute vérité n'étant pas bonne à dire, il y a une volonté délibérée de restreindre une capacité qu'avait la Miviludes d'exercer une transparence, en quelque sorte, sur l'évolution et le développe...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles