Vers un déremboursement de l’homéopathie?

Florence Méréo
Vers un déremboursement de l’homéopathie?

La Haute autorité de santé (HAS) va rendre, ce mercredi, un «projet d’avis» sur le maintien du remboursement de l’homéopathie. Les laboratoires auront dix jours pour faire leurs observations mais la tendance semble être au déremboursement.


Clap de fin pour le remboursement des granulés blancs ? Ce mercredi, la Commission de la transparence de la Haute autorité de santé (HAS) se réunit afin d’adopter un avis sur le bien (ou le mal) fondé du remboursement des médicaments homéopathiques. « Il s’agit d’un projet d’avis, qui ne sera définitif qu’après une phase contradictoire qui va durer dix jours », nous explique-t-on à la HAS. S’il n’est pas censé être rendu public, ce pré-avis semble - sans surprise - aller dans le sens d’un déremboursement. Selon nos confrères de Libération, les experts de la HAS s’appuieraient sur le « manque d’efficacité prouvée » des granules adorées des Français pour ouvrir la voie à leur déremboursement, assurée aujourd’hui à hauteur de 30 % par la sécurité sociale.

L’avis adopté ce mercredi va être transmis dans les prochains jours aux trois laboratoires qui fabriquent de l’homéopathie en France, dont le géant Boiron. Les industriels auront ensuite dix jours pour faire toutes leurs observations. Et pourront, s’ils l’estiment nécessaire, demander une audition pour défendre devant la HAS leurs arguments.

 

LIRE AUSSI > Homéopathie : dans les coulisses de l’usine à granules de Boiron

C’est, selon nos informations, ce qu’ils comptent faire. Si la HAS a alors 45 jours pour organiser ces auditions, elle ne devrait pas faire durer le suspense aussi longtemps. « L’objectif est de rendre l’avis définitif dans la première quinzaine de juin », confirme l’autorité qui a été saisie par la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Et pour cause, une bataille fait rage depuis plusieurs mois entre les anti et les pros homéo, les premiers tançant son absence de fondement scientifique, les seconds brandissant son efficacité pour les patients. La HAS doit servir (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Ce contenu peut vous intéresser  :