Des députés veulent sanctionner les malades du Covid-19 qui ne s'isolent pas et récompenser ceux qui le font

Fanny Rocher
·2 min de lecture

Emmanuel Macron a demandé ce mardi soir au Parlement de se saisir du débat sur l'isolement des personnes positives au Covid-19.

Le groupe Agir Ensemble a déposé à l'Assemblée nationale ce mercredi une proposition de loi concernant l'isolement contraint des malades, "pour tester, isoler et soigner afin de sortir de la crise sanitaire".

"Lorsqu’une personne est un cas confirmé de la maladie ayant causé le déclenchement de l’état d’urgence sanitaire, ou répond aux critères de définition du cas contact tel que définis par le Haut Conseil de la Santé Publique, fait courir par son refus de respecter les prescriptions médicales d’isolement prophylactique, un risque grave pour la santé de la population, il peut être décidé de sa mise à l’isolement à domicile", précise l'article 3 du texte.

La "période d'isolement contraint" ne pourra pas dépasser un "délai de quatorze jours". Le texte propose une amende de 1500 euros en cas de non-respect de l'isolement, qui pourra être doublée en cas de "récidive".

"Nous devons être plus contraignants à l'égard de ceux qui ont le virus"

La proposition de loi préconise également "une gratification" d'un "montant de 30 euros par jour d'isolement". Les personnes âgées amenées à être placées en isolement pourraient être hébergées dans des "hôtels" ou "résidences de tourisme réquisitionnés à cette fin".

Lors de son allocution télévisée de ce mardi soir, Emmanuel Macron a demandé au Parlement de se saisir de la question de l'isolement des personnes positives au Covid-19.

"Je souhaite que le gouvernement et le Parlement prévoient les conditions pour s'assurer de l'isolement des personnes contaminées, y compris de manière plus contraignante", a annoncé le chef de l'État. "Un vrai débat démocratique doit se tenir. Si nous voulons éviter un confinement, nous devons être plus contraignants à l'égard de celles et ceux qui ont le virus", a-t-il précisé.

Pour le moment, aucune date de débat de la proposition de loi n'est encore fixée à l'Assemblée nationale.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :