Les députés s'attaquent à la zoopornographie : "Ce n'est pas un phénomène marginal"

·1 min de lecture

Un nouveau texte de loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitance des animaux va être débattu à l'assemblée nationale. La diffusion de vidéos zoophiles sur le net est dans le viseur des députés.

Si la zoophilie est une pratique sexuelle illégale depuis 2004, la diffusion de vidéos zoophiles n'est jusque-là pas vraiment encadrée par la loi. Sur les moteurs de recherche traditionnels, en quelques clics seulement, on peut trouver des vidéos, conseils, voire des sites de rencontre destinés à organiser des rendez-vous sexuels entre hommes et animaux.À partir de ce 20 janvier, les députés se penchent sur une proposition de loi "visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale". L'article 11 de ce texte souhaite réprimer la production, la mise à disposition, la diffusion des images zoopornographiques (qui serait punie de quatre ans de prison) mais aussi la consultation régulière de ces images (3000 euros d'amende). L'objectif est aussi d'éviter que les enfants n'aient accès à ces contenus. Dans une vidéo diffusée fin décembre, le youtubeur Le Roi des rats mettait d'ailleurs en cause l'algorithme de TikTok et montrait qu'il était facile, à n'importe quel âge, de regarder ces images, citant notamment la zoophilie et la scatophilie.Analyse de ce phénomène, finalement pas si marginal, avec Benoît Thomé président de l'association Animal Cross qui milite pour la protection des animaux.Marianne : Que pensez-vous du texte de loi contre la zoopornographie tel...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République

"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République

20 septembre 1792, bataille de Valmy : naissance de la souveraineté du peuple, de la nation, ou des deux ?

Rentrée scolaire : 22 établissements scolaires fermés en raison de cas de Covid-19, annonce Jean-Michel Blanquer