Comment des députés RN et Renaissance comptent retarder le vote sur l'interdiction de la corrida

L'hémicycle de l'Assemblée nationale lors d'une séance de questions au gouvernement, le 19 juillet 2022. - Christophe ARCHAMBAULT / AFP
L'hémicycle de l'Assemblée nationale lors d'une séance de questions au gouvernement, le 19 juillet 2022. - Christophe ARCHAMBAULT / AFP

Ce jeudi, les députés vont voter (ou non) plusieurs propositions de loi déposées par les députés de La France insoumise. Dans le cadre de leur niche parlementaire (une journée réservée à leur groupe) les élus de gauche ont déposé douze textes qui seront débattus entre neuf heures et minuit. Au menu, une proposition de loi pour constitutionnaliser l'IVG, la hausse du Smic à 1600 euros nets et notamment l'interdiction de la corrida.

À moins que les débats traînent, empêchant le vote de ce texte. Dans le cadre d'une niche parlementaire, le règlement de l'Assemblée nationale prévoit en effet que la séance soit levée à minuit. Si un texte est encore en débat, la discussion est interrompue et reportée ultérieurement.

Or, des députés du RN et de Renaissance ont déposé plusieurs centaines d'amendements sur les textes insoumis. Si certains proposent de supprimer simplement des dispositions ou de les préciser, d'autres n'ont pas pour but d'être votés et sont là pour faire de l'obstruction.

"Effacer la passion du peuple du sud"

Chaque amendement peut en effet être défendu jusqu'à deux minutes par les députés qui l'ont signé. Déposer une trentaine d'amendements sur un texte, c'est donc s'assurer juqu'à une heure de parole dans l'hémicycle.

Sur les 567 amendements déposés sur la proposition de loi visant à interdire la corrida, 322 ont été signés par des membres du RN. Mais près de la moitié d'entre eux concernent le titre du texte et ont été signés par le même député: Yoann Gillet.

Ce dernier propose de remplacer "abolir la corrida: un petit pas pour l’animal, un grand pas pour l’humanité" par "gommer les traditions taurines", "effacer la passion du peuple du sud" ou encore "imposer l’idéologie d’un homme aux villes taurines."

Côté Renaissance, on compte 75 amendements déposés. Là aussi, même logique, on cible le titre de la proposition de loi.

Patrick Vignal, dans un pied de nez à Aymeric Caron, porteur du texte, propose de remplacer dans le titre de la loi "l’humanité" par "moustique" ou de renommer la proposition "restreindre la liberté individuelle des Français en matière de loisirs."

La proposition de loi sur la corrida est celle qui a reçu le plus d'amendements (567), devant celle sur l'IVG (237) ou la hausse du Smic (111). Parce qu'elle est placée après ces deux textes et une proposition de résolution sur la création d’une commission d’enquête sur les "Uber Files", son adoption risque d'être retardée... ou de ne pas avoir lieu.

Article original publié sur BFMTV.com