Ces députés LREM prêts à « discuter » avec le RN pour trouver des majorités à l’Assemblée

France Elections Macron
France Elections Macron

« J’ai pété un câble ». Quand un parlementaire de la majorité a vu certains des propos tenus dans son camp depuis dimanche soir, son sang n’a fait qu’un tour. Discuter avec le Rassemblement national. Alors qu’Emmanuel Macron a bâti son premier quinquennat autour de la lutte contre l’extrême droite, qu’il s’est érigé en rempart pour le second tour de la présidentielle, certains macronistes sont aujourd’hui prêts à discuter avec les 89 députés RN élus dimanche.

Toutes les voix bonnes à prendre ?

Ce qui aurait pu sembler impensable il y a une semaine devient aujourd’hui une réalité. C’est la conséquence du scrutin. Emmanuel Macron n’a qu’une majorité relative qui l’oblige à trouver des voix et des majorités de circonstance, texte après texte. Et à écouter certains, toutes les voix sont bonnes à prendre, d’où qu’elles viennent.

Ce n’est autre que le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, qui a ouvert le bal dès dimanche soir. S’adressant sur BFMTV à l’eurodéputé RN, Thierry Mariani, il lance : « Les Français veulent qu’on puisse avancer avec beaucoup de bon sens. (… ) C’est en réalité à l’Assemblée nationale que nous verrons et que nos compatriotes verront, comment, nous essayerons d’avancer ensemble ». Les mots sont lâchés. Des propos d’autant plus étonnants que l’ancien avocat a fait de la lutte contre l’extrême droite l’une des raisons de son engagement. « On vous verra au pied du mur. C’est au pied du mur qu’on voit le maçon », ajoute Eric Dupond-Moretti, qui espère que les Français pourront juger sur pièces les députés RN. Reste qu’il les invite dans l’immédiat à un drôle de tango.

L’entourage du garde des Sceaux tient cependant à faire savoir qu’on aurait mal compris le ministre. « Il n’a jamais dit cela. Il a toujours combattu le Front national. Contrairement aux caricatures qui ont pu être faites, le garde des Sceaux a appelé les oppositions à prendre leur responsabilité (...) Lire la suite sur Public Sénat

Covid-19 : le gouvernement a « arrêté d’agir », selon Bernard Jomier

La majorité simple, suffisante pour faire passer des lois ?

Participation de socialistes à une coalition : « Nous ne sommes pas la Croix-Rouge », répond Patrick Kanner

Stade de France : « Sur ces grands évènements, on ne peut pas avoir qu’une approche sécuritaire », estime le maire de Saint-Denis

Stade de France : « Gérald Darmanin est la honte du gouvernement », taclent les supporters anglais

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles