Des députés LFI et EE-LV forment un « front parlementaire » contre le projet de tombeau nucléaire à Bure

© Jean-Christophe Verhaegen / AFP

Avec 32 réacteurs nucléaires inactifs en raison d’opérations de maintenance et une flambée des prix de l’énergie, les élus LFI et EE-LV s’attaquent au nucléaire par son point faible : les déchets qu’il génère. Plusieurs députés de la Nupes se sont rendus vendredi à Bure, sur le site du controversé projet d’enfouissement des déchets nucléaires Cigéo, rapporte Libération. Caroline Fiat, député LFI et vice-présidente de l’Assemblée nationale, Mathilde Panot ainsi que quatre autres députés LFI et l’écologiste Sandrine Rousseau ont déroulé une banderole annonçant la naissance d’un « front parlementaire » contre Cigéo (Centre industriel de stockage géologique).

Un contingent de député « prêt à intervenir »

Le projet, entamé il y a plus de 20 ans, a récemment connu une avancée importante et a été reconnu en juillet dernier d’« utilité publique » et d’« opération d’intérêt national ». Un coup dur pour les opposants historiques qui ont formé le 7 septembre denier un recours devant le Conseil d’État contre les deux décrets parus le 8 juillet dernier au Journal Officiel, promettant ainsi un énième « bras de fer juridique ». Ces deux textes signés par la Première ministre Elisabeth Borne, les ministres de la Transition énergétique et de la Transition écologique, définissent notamment le calendrier des expropriations de terrain, qui devront être réalisées entre 2037 et 2050.

Lire aussi - Déchets nucléaires : le centre de Bure va-t-il coûter "40-50 milliards d'euros", comme le dit Julien ...


Lire la suite sur LeJDD