Assemblée: LFI et RN déposent des motions de censure

Les députés en séance à l'Assemblée nationale le 14 mai 2024 (Geoffroy VAN DER HASSELT)
Les députés en séance à l'Assemblée nationale le 14 mai 2024 (Geoffroy VAN DER HASSELT)

Les députés LFI puis RN ont déposé vendredi des motions de censure contre le gouvernement, qui devraient être débattues lundi à 13H30 à l'Assemblée nationale, où leurs chances de faire tomber le gouvernement sont minces.

La France insoumise a été la première à dégainer sa motion, cosignée par les communistes et des écologistes.

A quelques jours des élections européennes, ces 106 signataires de gauche entendent contester "la mise en place d'une austérité sans précédent", "insupportable sur le plan social et inefficace sur le plan budgétaire", après les 10 milliards d'euros de crédits pour 2024 déjà gelés par décret en raison du dérapage du déficit.

La gauche dénonce aussi le "surgel de 10 milliards d'euros supplémentaires" que le gouvernement cherche à "annuler avant la fin de l'année".

"Nous n'avons pas signé la motion, mais nous la voterons", a confirmé le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure sur franceinfo.

Le RN, qui a ensuite déposé sa propre motion vendredi, votera celle de LFI pour tenter de faire tomber le gouvernement, avait dit Marine Le Pen. Mais sans le soutien de LR, la tentative de censure a peu de chance d'aboutir.

Dans sa propre motion, le Rassemblement national accuse le gouvernement d'avoir "volontairement sous-évalué" le déficit et souligne que la dette publique a "atteint un seuil d'alerte".

La motion du RN ne présente aucun risque pour le gouvernement de Gabriel Attal, puisque la gauche n'a pas l'intention de la soutenir.

LFI et RN avaient prévenu qu'ils déposeraient une motion de censure en l'absence de projet de loi de finances rectificative, reprochant à l'exécutif de ne pas soumettre au Parlement ses coupes budgétaires.

Une motion a besoin de recueillir la majorité absolue de 289 voix pour renverser un gouvernement.

adc/hr/dch