Les députés en Israël prêtent serment, un Palestinien tue 3 Israéliens

Les nouveaux députés en Israël ont prêté serment mardi sur fond de difficiles tractations pour la formation d'un gouvernement mené par Benjamin Netanyahu, quelques heures après une attaque menée par un Palestinien qui a tué trois Israéliens.

Dans la foulée de cette attaque perpétrée en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967, l'extrême droite, forte d'un nombre record de sièges à la Knesset (14), a redit sa volonté d'instaurer la peine de mort pour les "terroristes".

Avec 64 sièges sur les 120 du Parlement, le bloc de droite de M. Netanyahu est arrivé en tête des législatives du 1er novembre, le cinquième scrutin en trois ans et demi.

Premier ministre le plus pérenne de l'histoire d'Israël, au pouvoir de 1996 à 1999 puis de 2009 à 2021, M. Netanyahu a été mandaté dimanche pour former le gouvernement, malgré son inculpation pour corruption dans une série d'affaires.

Le camp de son rival centriste Yaïr Lapid, qui l'avait chassé du pouvoir en juin 2021, n'a lui obtenu que 51 sièges.

Les députés ont prêté serment en présence du président Isaac Herzog et dans une Knesset aux rangs de gauche clairsemés. Le parti Meretz est pour la première fois absent de l'hémicycle et les travaillistes sont passés de sept à quatre sièges.

- Marchandages -

Benjamin Netanyahu a promis d'être "le Premier ministre de tous", mais son gouvernement pourrait être le plus à droite de l'histoire d'Israël, ce qui a suscité des inquiétudes localement et à l'étranger.

L'attention se focalise sur la liste d'extrême droite "Sionisme religieux" de Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir, qui réclament des portefeuilles ministériels importants.

Connu pour ses diatribes anti-palestiniennes, M. Ben Gvir cible le ministère de la Sécurité intérieure et  M. Smotrich souhaite la Défense.

Mais selon la presse, M. Netanyahu est réticent à confier ce portefeuille très sensible, en première ligne du conflit israélo-palestinien, à M. Smotrich, qui serait prêt à accepter le ministère des Finances.

Problème: le chef du parti séfarade ultra-orthodoxe Shass, Arieh Dery, reconnu coupable de fraude fiscale en 2021 et auparavant emprisonné pour corruption mais revigoré par ses 11 sièges, lorgne lui aussi les Finances ou l'Intérieur, d'après la même source.

M. Netanyahu doit aussi contenter les membres de son parti, le Likoud (32 sièges).

"Les partis commencent à parler d'une impasse dans les discussions", écrit Anna Barsky dans le journal Maariv.

M. Netanyahu a 28 jours pour former son équipe ministérielle, avec un supplément possible de 14 jours.

Il revient aux affaires malgré son inculpation pour corruption et alors que son procès est en cours. En Israël, le Premier ministre ne dispose d'aucune immunité judiciaire mais n'a pas à démissionner ni à se retirer pendant la durée de son procès.

- Trois Israéliens tués -

L'investiture au Parlement est intervenue quelques heures après une nouvelle attaque en Cisjordanie.

Un Palestinien a tué trois civils israéliens près d'une colonie dans le nord du territoire, avant d'être abattu.

L'armée israélienne a fait état d'une "attaque au couteau" près de la zone industrielle d'Ariel. "Un terroriste est arrivé à l'entrée de la grille d'accès à la zone et a poignardé des civils." "D'autres civils ont été poignardés dans une station-service voisine. Le terroriste a pris la fuite à bord d'une voiture volée, et a percuté un autre civil", a ajouté l'armée dans un communiqué.

Selon les secours israéliens, un homme est décédé après des coups de couteau et un autre a péri dans l'accident de voiture. Un troisième Israélien grièvement blessé avec un couteau, a succombé. Trois personnes ont été blessées dans l'attaque.

"Nous ne pouvons capituler devant les menaces terroristes des Palestiniens qui tentent d'interférer dans le processus de formation du nouveau gouvernement", a affirmé M. Smotrich après l'attaque.

"Trois juifs ont été tués dans une attaque méprisable. Ceci est un signal pour le futur gouvernement: nous devons adopter la peine de mort pour les terroristes", a tweeté M. Ben Gvir.

Environ 474.000 colons juifs sont installés en Cisjordanie dans des colonies illégales au regard du droit international, au côté de 2,9 millions de Palestiniens.

bur-cgo/alv/tp