Députés : une augmentation de la dotation matérielle qui fait débat

C'en est fini des serrages de main et du contact avec les administrés : il n’est plus possible de faire de la politique de cette manière. La plupart des députés se sont donc mis à Internet, aux réseaux sociaux et aux courriers. Pour faire face à ce nouveau type de dépenses, l’Assemblée nationale a augmenté le plafond autorisé pour ces frais. Ce plafond passe de 18 950 euros à 21 700 euros par an et par député, soit une augmentation de 15%. Un mauvais signal ? Ce budget sert également à payer le téléphone et le taxi. Pour le député Florian Bachelier, questeur LREM à l’Assemblée nationale, cette augmentation était nécessaire. "On est contraints d'inventer de nouvelles façons de dialoguer donc plus de courrier, plus de numérique, plus d'interactions et d’outils pour le télétravail", justifie-t-il. Mais, pour d'autres élus, cette augmentation du plafond est difficilement compréhensible dans la période de crise actuelle.