La députée LREM Aurore Bergé appelle à un «front commun contre la violence» visant les élus

·2 min de lecture
AMEZ / ROBERT/SIPA

"Ne rien dire, c'est cautionner. Il y a un vrai problème chez certains, à l'extrême droite et à l'extrême gauche, qui légitiment la violence", estime la députée LREM Aurore Bergé qui appelle à un "front commun contre la violence dans le débat public".

La députée LREM Aurore Bergé appelle à un "front commun contre la violence dans le débat public" et demande des sanctions "à la hauteur de la violence des menaces" et des agressions qui se multiplient contre les élus, en lien parfois avec la crise sanitaire.

"J'appelle au front commun contre la violence dans le débat public. On s'y est trop habitué, la bataille des idées est devenue un combat de rue", affirme dans le Journal du Dimanche l'élue des Yvelines, elle-même victime de menaces. "Il y a une forme de faiblesse dans la réponse de la société et de certains responsables politiques", déplore-t-elle.

Aurore Bergé invite notamment "tous les candidats à la présidentielle" à "s'exprimer clairement sur le sujet" et à "demander à leurs propres militants d'être extrêmement vigilants sur leurs actions et paroles sur les réseaux sociaux".

"Ne rien dire, c'est cautionner. Il y a un vrai problème chez certains, à l'extrême droite et à l'extrême gauche, qui légitiment la violence", estime la députée.

"Il y a aujourd'hui un sujet spécifique sur la crise sanitaire, qui est en plus très imbriquée avec le calendrier de la présidentielle" et "l'entrée en campagne d'Eric Zemmour (dont le premier meeting début décembre a été marqué par des violences, NDLR) a ajouté au climat de tension extrême", selon elle.

Un point en janvier

"Chaque intimidation vise aussi à ce que les parlementaires ne se sentent plus libres de voter en leur âme et conscience", ajoute Aurore Bergé, alors que les députés se penchent lundi sur le projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal, dont l'adoption ne fait aucun doute, malgré un climat tendu et l'hostilité de plusieurs partis.

La députée, qui va porter plainte pour un tweet où elle est(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles