Un député souhaite faire de la Seine-Saint-Denis "une Silicon Valley française"

Cyrielle Cabot
·1 min de lecture
Saint-Denis. - Christophe Archambault
Saint-Denis. - Christophe Archambault

Transformer la Seine-Saint-Denis, département le plus pauvre de France, pour en faire un pôle de recherche et d'innovation majeur. C'est là l'ambition de Patrice Anato, député LaREM du département. Dans un entretien au Parisien, il appelle à ce que le plan de relance européen destinée à sortir le pays de la crise économique après le coronavirus, permette cette mutation.

"Le 15 septembre 2017, le président de la République parlait de la Seine-Saint-Denis comme d'une potentielle Silicon Valley à la française. Un projet ambitieux, certes, [...] mais un projet réaliste", démarre le député. Et d'argumenter: "Ce département est aussi celui du potentiel humain avec une population jeune, active, avide de créer et de trouver une place dans la société française."

Selon le député, le plan de relance européen et le plan pour l'emploi présenté par le Premier ministre Jean Castex font de cette période "l'occasion rêvée" de cette transformation.

Lycées d'excellence, campus technologique...

Pour mener à bien ce projet, Patrice Anato détaille une série de mesures. Parmi elles, "la création de lycées d'excellence par pôle de spécialités dans chacune des 40 communes du département", "la création d'un campus technologique de pointe", "la mise en place d'une zone défiscalisée d'activités technologiques et de recherches" ou encore "la création d'un fond spécial pour attirer les start-up françaises."

Article original publié sur BFMTV.com