Un député s'indigne des "cafards et punaises de lit" en cité U

·2 min de lecture
Alain Bruneel durant les questions au gouvernment à l'Assemblée nationale, le 22 mai 2019

Fenêtres "totalement pourries", radiateurs "hors service", moisissures "partout sur les murs" et "le pire, ce sont les cafards et punaises de lit": le député PCF Alain Bruneel a interpellé mardi la ministre Frédérique Vidal sur l'état de certaines cités universitaires.

L'élu du Nord a récemment tweeté une vidéo prise dans une telle chambre à Villeneuve-d'Ascq par un étudiant, montrant une multitude d'insectes grimpant au mur, et visionnée plus de 200.000 fois.

"J'ai été estomaqué" lors de visites en résidence universitaire, "c'est ignoble, inacceptable, une vie sans vie dans un 9 m2", a lancé M. Bruneel lors des questions au gouvernement. "Accepteriez-vous que votre enfant vive dans cet enfer?", a-t-il demandé à la ministre de l'Enseignement supérieur.

"Privés de cours, de liberté, de job étudiant, de leur jeunesse, ils lancent tous ce cri d'alerte: la précarité s'aggrave", a poursuivi le député alors que la crise sanitaire les affecte particulièrement. Et d'accuser: "Le ventre vide, les étudiants se tournent vers les associations face à la démission de l'Etat".

"Vous avez le devoir d'imposer aux Crous un relogement digne pour les étudiants", et de prévoir "l'annulation des loyers" et la mise en place d'un "revenu étudiant", a plaidé l'élu communiste.

"Cela fait plus de vingt ans qu'il y a des résidences qui sont indignes dans ce pays et c'est ce gouvernement qui a débloqué les moyens", lui a répondu Mme Vidal, soulignant que la réhabilitation de la résidence visée à Villeneuve d'Ascq était programmée. "Le président de la région (Xavier Bertrand, ex-LR) n'a pas jugé bon de venir en complément" de l'Etat et de la métropole de Lille pour la financer, a-t-elle taclé.

En réaction, le vice-président des Hauts-de-France Daniel Leca (UDI) a critiqué sur Twitter une "polémique stérile" de la part de la ministre: l'année dernière "a été actée la participation de la Région à l'Agence nationale de recherche" alors que "le tour de table pour la cité U était bouclé" avec la métropole. Il met aussi en avant divers dispositifs d'aide aux étudiants.

Au plan national, Mme Vidal a annoncé il y a un mois que les droits d'inscription à l'université seraient gelés à la rentrée prochaine pour la deuxième année de suite, pour aider les étudiants à faire face à la précarité.

En janvier, Emmanuel Macron avait annoncé la création d'un "chèque psy" pour les étudiants, ainsi que la mise en place de deux repas par jour à un euro dans les restos U pour tous les étudiants, pas seulement les boursiers.

reb/pab/caz