Un député insoumis se met en "grève" après le quatrième 49.3 d'Élisabeth Borne

Un député insoumis se met en "grève" après le quatrième 49.3 d'Élisabeth Borne

Rodrigo Arenas veut manifester son opposition à cette arme constitutionnelle et le signifiera par "un signe distinctif" à l'Assemblée nationale lors de la séance des questions d'actualité au gouvernement. De quoi faire un petit coup médiatique.

Un énième 49.3 qui ne passe pas. Après que la Première ministre a à nouveau dégainé cette arme constitutionnelle pour faire adopter la seconde partie du budget ce mercredi soir, le député La France insoumise Rodrigo Arenas se met "en grève".

"Je fais comme les soignants. Je suis officiellement en grève mais je ne cesse pas mon travail. Je signifie que les conditions de travail du Parlement ne sont pas respectées", a expliqué cet élu parisien à BFMTV.

"Pas responsables de l'échec de Borne"

Si le parlementaire ne peut pas se mettre légalement en grève, la fonction de député n'étant pas un travail mais un statut, et qu'il ne perdra, de fait aucune partie de son indemnité, elle permet à cet ancien co-président de la FCPE de faire un coup médiatique.

Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon dénonce depuis plusieurs semaines "le coup de force parlementaire" de la Première ministre qui peut, conformément à la Constitution, utiliser autant de fois qu'elle le souhaite le 49.3 pour faire passer les textes budgétaires. Elle ne peut cependant s'en servir qu'une seule fois par session parlementaire sur un autre projet de loi.

"On n'est pas responsable de l'échec d'Élisabeth Borne et d'Emmanuel Macron de ne pas avoir eu une majorité absolue à l'Assemblée nationale", avance encore le parlementaire.

"Un signe distinctif" pendant les QAG

En l'absence de 289 députés au sein de la majorité présidentielle, l'exécutif considère n'avoir eu guère d'autre choix que d'utiliser cet outil législatif. La Première ministre a cependant assuré qu'une partie des amendements des oppositions seraient bien reprises dans la version définitive du budget.

Mais les amendements de 12 milliards d'euros pour la rénovation des passoires énergétiques portés par la gauche n'en feront pas partie, a déjà indiqué la Première ministre.

Pour se faire remarquer ce jeudi après-midi dans l'hémicycle lors de la séance des questions d'actualité au gouvernement, Rodrigo Arenas promet de "porter un signe distinctif" pour "signifier" qu'il est gréviste.

"Si on me demande de sortir parce que c'est interdit, il faudra qu'on m'explique pourquoi", avance encore le député insoumis.

L'option reste cependant très peu probable. Lorsque François Ruffin avait dévoilé un maillot de football sous son polo à la tribune pour dénoncer la situation des petits clubs de football en 2018, il avait écopé d'une sanction financière.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Élisabeth Borne: "Le 49.3 permet de conclure un débat, jamais de l'interdire"