Le député François-Michel Lambert, spécialiste de logistique : "On ne devrait pas avoir de stock de vaccins"

·1 min de lecture

Ancien responsable logistique dans un grand groupe et chercheur dans ce domaine, François-Michel Lambert, député écologiste (LEF) des Bouches-du-Rhône, a présidé la commission nationale logistique entre 2015 et 2019, une instance qui était chargée d'améliorer les performances de l'État en la matière. À ses yeux, le démarrage lent de la campagne vaccinale s'explique par des failles organisationnelles récentes et par d'anciennes faiblesses structurelles.

Partagez-vous le diagnostic de beaucoup d'élus qui imputent le lent démarrage de la campagne vaccinale à des failles logistiques?
Nous ne sommes pas prêts à vacciner car nous ne nous sommes pas suffisamment préparés. Au moment de lancer une opération à l'étranger, l'armée française est entraînée. L'industrie, textile ou automobile en particulier, excelle, elle aussi, dans l'art d'organiser des flux tendus, c'est-à-dire zéro stock. Dès l'été, les Allemands ont rodé leurs canaux de distribution de vaccins. Et nous, qu'avons-nous fait pour aboutir à un résultat aussi affligeant? Jusqu'à aujourd'hui, les congélateurs sont restés pleins et du vaccin a été gâché car, après cinq injections, il reste dans les flacons du liquide qui peut permettre une sixième injection si on a le patient en face. Ce début chaotique est le symptôme d'une logistique défaillante.

"

Il faudrait disposer d'un outil de gestion des données à la hauteur de l'enjeu

"

Lire aussi - Covid-19 : voici comment les plus de 75 ans pourront se faire vacciner à partir du 1...


Lire la suite sur LeJDD