La dépression se transmet chez les souris, mais pas par les gènes

Julie Kern, Rédactrice scientifique
·2 min de lecture

La dépression est l'une des maladies mentales les plus fréquentes et, avec la pandémie de Covid-19, les médecins craignent que son incidence monte en flèche. Les scientifiques n'ont pas encore mis le doigt sur l'étiologie précise de cette maladie, il est admis qu'elle est issue d'un mélange malheureux de facteurs environnementaux, comme le stress, et de prédispositions génétiques. En effet, la dépression touche fréquemment les membres d'une même famille où les épisodes dépressifs d'un des parents peuvent affecter leur descendance. Pourtant, aucun « gène de la dépression » n'a été encore identifié.

Les véritables liens entre stress et dépression

De plus en plus d'études suggèrent que la dépression ne se transmet pas de façon génétique, mais épigénétique. L'épigénétique est l'étude des facteurs qui modifient l'expression des gènes mais qui ne modifient par leur séquence. Par exemple, la méthylation de l'ADN, la modification des histones et l'activité d'ARN non codants (qui ne sont pas traduits en protéines) sont des facteurs épigénétiques modifiés par des facteurs environnementaux qui influent sur l'activité des gènes.

Une nouvelle étude, parue dans Science Advances, menée à l'Université de Nanjing en Chine, démontre comment des facteurs environnementaux, notamment le stress, peuvent être transmis via des petits ARN. 

Des adultes et des souriceaux stressés

La première étape de ce travail de recherche a été de rendre des souris dépressives. Pour cela, les scientifiques ont soumis des souris mâles à un stress peu intense, mais répété, et imprévisible pendant cinq semaines. À l'issu de ces cinq semaines, les souris ont perdu du poids et sont devenus apathiques et anhédoniques par rapport aux autres souris. Leur taux de corticostérone plasmatique, une hormone synthétisée en cas de stress, est particulièrement élevé.

Ces mâles déprimés se sont accouplés avec des femelles en parfaite santé. Le comportement de leur descendance a été analysé lorsque les souriceaux ont atteint...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura